C1

De Bruyne, le roi de la passe.

Non, Kevin De Bruyne n’en est pas encore "à 36.944 passes décisives" comme l’a tweeté, aussi amusé qu’admiratif, Benjamin Mendy. Ou alors l’inventaire du Français comprend peut-être les offrandes délivrées à l’entraînement par le Diable qui présente dans ce registre des chiffres moins exagérés que ceux brandis par son coéquipier mais tout aussi impressionnants.

Depuis août 2012 et ses débuts en Bundesliga au Werder Brême, personne n’a compilé plus de passes décisives dans les cinq grands championnats majeurs que KDB (voir infographie).

Le phénomène prend sa source dans les qualités intrinsèques individuelles du Gantois mais a également des explications plus collectives.

Individuellement, "un génie"

Comme toute l’Angleterre, Jamie Redknapp a une nouvelle fois été charmé par la performance du Diable auteur de trois passes décisives exquises contre Leiceter.

"Il faut reconnaître que dans ce que fait De Bruyne, il y a de l’imagination, du génie et de la malice : c’est comme s’il voyait le jeu au ralenti et c’est exactement ce que les grands joueurs font", a décrit le consultant vedette de la Skysport. "La manière avec laquelle son imagination et son cerveau travaillent est supérieure à n’importe qui d’autre. Les grands joueurs s’offrent du temps, lui a cette capacité, il est unique."

De magnifier la gestion de l’espace-temps. Quand Neville l’avait comparé un peu plus tôt cette saison à "David Beckham " pour la qualité de ses centres, Redknapp est allé "plus loin, si vous regardez Fabregas, Lampard, Giggs, les meilleurs passeurs de l’histoire de Premier League, il est encore meilleur parce qu’il a dans son répertoire différents types de passes : en profondeur, les centres, il a toute la panoplie."

Collectivement "magnifié par son environnement"

Être en capacité de trouver des angles de passes quasi impossibles s’explique, pour Alex Teklak, par les "capacités cognitives très au-dessus de la moyenne" du Diable. Mais encore faut-il un contexte propice à leur expression. Ce qui est exactement le cas à City.

"La clef, c’est ce qu’il se passe autour de lui", poursuit le consultant. "De Bruyne est magnifié par son environnement et par l’animation mise en place par Guardiola. Avant en club et actuellement en sélection, il a peut-être moins de solutions alors que là, dans ce jeu placé, avec les mouvements autour de lui, il trouve des solutions. Le jeu de City est fusionnel et lui y occupe une place centrale". Ce qui lui permet de régaler ses coéquipiers.

© DR

Il a fait marquer 29 joueurs

13 buts : Sergio Agüero.

7 buts : Raheem Sterling.

5 buts : Bas Dost.

4 buts : Daniel Caligiuri et Ivan Perisic

3 buts : Naldo, Ivica Olic, Maximilian Arnold, Ricardo Rodriguez, Nils Petersen et Gabriel Jesus.

2 buts : Aaron Hunt, Leroy Sané, Vincent Kompany, Nicolas Otamendi, Fernandinho et Ilkay Gündogan.

1 but : Sebastian Prödl, Marko Arnautovic, Mehmet Ekici, Aleksandar Ignjovski, Zlatko Junuzovic, André Schürrle, David Silva, Yaya Touré, Pablo Zabaleta, Fabian Delph, Aleksandr Kolarov et Wilfried Bony.