Europa League

La Gantoise affrontera Bordeaux jeudi en barrage aller de l'Europa League. Les Girondins sont en proie à la crise, avec l'entraîneur uruguayen Gustavo Poyet mis à pied, mais l'entraîneur des Buffalos Yves Vanderhaeghe s'attend à une lutte acharnée pour la qualification.

Lors du troisième tour préliminaire, La Gantoise a battu deux fois les Polonais de Jagiellonia Bialystok. "Avec une équipe très jeune, nous avons joué un football très mature contre les Polonais", a commenté Vanderhaeghe. "Cette fois, nous sommes attendus par Bordeaux. Ce ne sera pas une tâche facile, mais nous croyons que nous pouvons écarter les Girondins."

"Nous avons observé plusieurs fois l'équipe. La conclusion est que les détails feront la différence. Ils une équipe physiquement forte, mais nous possédons aussi cette force physique. Nous n'allons pas attendre, mais jouer à fond dès la première minute. Ils ne peuvent pas imposer leur jeu."

Bordeaux a commencé le championnat de France par un 0 sur 6. De plus, l'entraîneur Gustavo Poyet a été placé comme non-actif après avoir critiqué la direction en conférence de presse.

"On dit que Bordeaux est en pleine crise, mais je trouve cela exagéré. La presse joue un rôle là-dedans. Il y a souvent de l'exagération dans les médias, et pas seulement en France", a souri Vanderhaeghe. "Bordeaux possède des joueurs de talent. De plus, le successeur de Poyet (Éric Bédouet, qui assure l'intérim, ndlr) a sélectionné d'autres joueurs. Du sang neuf donne généralement du courage."

Le nom de Thierry Henry est évoqué avec insistance comme successeur de Poyet. "Je suis content qu'il ne soit pas sur le terrain, mais sinon, qui est l'entraîneur en face n'a pas vraiment d'importance", assure le coach gantois. "Nous devons jouer deux matchs intelligents. J'espère que les supporters nous soutiendront dès le coup d'envoi."

La bonne nouvelle côté gantois est la présence, pour la première fois de la saison de Dylan Bronn dans la sélection. Le défenseur tunisien s'était blessé au genou contre les Diables rouges en Coupes du monde.

© Belga

Clement (Genk) n'est pas intéressé par le rôle de favori: "seule la qualifications compte"

Genk doit franchir un dernier obstacle, représenté par Bröndby, vice-champion du Danemark et vainqueur de la coupe nationale, avant d'atteindre la phase de groupes de l'Europa League. Après la qualification obtenue aux dépens du Lech Poznan, les Limbourgeois semblent sur papier plus forts que les Danois. "Cela ne nous intéresse pas d'être favoris ou non, seule la qualification compte", a prévenu l'entraîneur de Genk Philippe Clement mercredi à la Luminus Arena.

"Ce serait fantastique d'atteindre fin août le premier objectif de la saison", a expliqué Clement. "Ce ne sera pas facile. Nous avons suivi l'équipe ces dernières semaines et vu leurs matchs de la saison passée. C'est une équipe physique, qui met beaucoup de pression. Le défi pour nous sera de sortir de cette pression. Ce sera beaucoup plus difficile que contre Poznan. Nous avions gagné 2-0 à domicile. Ce serait un rêve d'aborder le déplacement dans cette position", a ajouté l'entraîneur.

La victoire 3-1 contre Charleroi le week-end dernier a servi de répétition générale. "Il y a beaucoup de similitudes entre Charleroi et Bröndby. Les deux équipes mettent beaucoup de pression, surtout dans la première partie du match. Je ne suis pas sûr qu'ils peuvent maintenir ce pressing pendant 90 minutes. En seconde période, vous avez vu que Charleroi avait plus de difficulté."

Selon certains observateurs, Genk propose en ce moment le plus beau football en Belgique. Avec un sans-faute en Europe et un dix sur douze en championnat, les Limbourgeois n'ont pas à se plaindre. De plus, Clement peut compter sur un noyau fit. Marcus Ingvartsen est sur le chemin du retour après sa blessure, même si le match aller contre ses compatriotes semblent arriver trop tôt. "Notre force cette saison doit être que nous pouvons mettre des gars forts, frais, en deuxième période", a ajouté Clement. "Nous devons être patients. Ce qui n'est cependant pas la même chose que de jouer un football naïf. Parfois, il faut recourir à de longs ballons."

"Je vois une grand faim d'atteindre les poules. Mes gars rêvent de se mesurer avec les grosses équipes", a conclu Clement.