Championnats étrangers

Deux erreurs de Rami, des entrées décisives de Thauvin et surtout Germain: Marseille est passé par tous les états pour s'imposer sur le fil à Monaco dimanche (3-2). Outre ce scénario fou, l'arbitrage vidéo (VAR) fait toujours autant parler, surtout à Saint-Etienne.

Germain divin, Rami dévisse

C'est un coaching gagnant: Valère Germain, entré à la 87e minute, marque le but de la victoire à la 90e minute de la tête (3-2). Et c'est Florian Thauvin, entré à l'heure de jeu, qui a d'abord égalisé, après un une-deux avec Hiroki Sakai (2-2, 75e). Bien joué Rudi Garcia.

Mais ces entrées décisives ne feront pas oublier la séquence double-boulette d'Adil Rami. En début de seconde période, alors que Marseille mène 1 à 0, le défenseur manque sa passe en retrait pour son gardien. Falcao surgit, Rami sauve la situation une première fois, mais le ballon n'échappe pas à Youri Tielemans qui égalise (1-1). Insensé !

Puis, dans la foulée, Rami rate son tacle sur un centre de Tielemans et sert sur un plateau Falcao qui double la marque monégasque (2-1). En cinq minutes, le match vient de changer de visage par la double-faute de Rami. "J'ai relancé le match à moi tout seul, c'était dur, j'ai vu des étoiles, heureusement qu'on gagne, mais je vais m'y remettre, montrer un autre visage", a commenté Rami sur Canal+.

Dire que cette semaine encore le coach de l'OM Rudi Garcia martelait qu'il fallait "faire moins de cadeaux" à l'adversaire et être plus consistant en défense...

L'image de Rami, prostré à genou, chasse alors à ce moment là celle de la joie des Marseillais juste avant la pause, quand Kostas Mitroglou embrassait le pied de Dimitri Payet. Le Réunionnais venait d'adresser un bijou de centre sur lequel le Grec n'avait plus qu'à mettre la tête pour ouvrir le score. L'OM bondit à la 5e place et Monaco végète à la 13e, après quatre journées.

Ben Arfa et une belle victoire

Les supporters du Stade Rennais ont passé un beau dimanche. En début d'après-midi, l'arrivée d'Hatem Ben Arfa, placardisé plus d'un an au PSG, a enfin été officialisée. A 31 ans, il va essayer de se relancer, comme il l'avait fait à Nice lors d'une saison bluffante 2015-16.

N'a-t-il d'ailleurs pas été tenté un moment de retourner à Nice? "C'est assez compliqué de retourner dans un club où on a été. On a passé une année exceptionnelle, mais c'est compliqué de retourner avec son ex", a-t-il répondu avec humour.

"Rennes est rentré dans une nouvelle dimension et on va pouvoir faire du bon boulot parce que c'est une terre de football. J'ai toujours aimé venir jouer ici, j'ai même été ovationné", a-t-il encore rappelé en référence au 4-1 que Nice était venu infliger à Rennes en octobre 2015.

HBA a ensuite pris place dans les tribunes rennaises et assisté à la victoire de son nouveau club sur un Bordeaux émoussé (2-0).

Les Girondins sont toujours dans l'attente d'un nouvel entraîneur. En ce moment, c'est Ricardo, vieille connaissance de la maison bordelaise (2005-2007), qui tenait la corde ces temps-ci.

Et encore une polémique avec la VAR

Saint-Etienne a concédé contre Amiens son troisième résultat nul consécutif (0-0) au terme d'un match qui alimentera encore le débat sur la VAR.

Les Verts auraient pu obtenir un penalty pour une main non sifflée de Bakaye Dibassy sur un centre de Yannis Salibur ou sur un contact litigieux entre Dibassy sur Robert Beric.

"Quand je vois l'action amenant le penalty à Angers samedi où il y a main, penalty et rouge, j'ai le sentiment que c'est un peu le même style d'action", a fait remarquer l'entraîneur stéphanois Jean-Louis Gasset.

Les deux fois, l'arbitre, Thomas Léonard, n'a pas eu recours à l'assistance vidéo à l'inverse de l'action qui a amené un but inscrit par Timothée Kolodziejczak, finalement invalidé à juste titre. Le défenseur des Verts avait bien poussé Thomas Monconduit dans le dos avant de marquer.

"Tout le monde doit être arbitré de la même manière. Sur quelques actions, on peut aller voir l'écran. Pas seulement sur le but. On peut aller voir l'écran sur l'action sur Beric pour voir si le pied a été touché. On a été voir l'écran seulement pour refuser, justement, le but car il y a poussette de Kolo", a encore déploré Gasset.