Championnats étrangers

Poyet, Henry, Bordeaux, acte III. Après une semaine de mise à pied, Gustavo Poyet a été reçu par la direction de Bordeaux vendredi matin en vue d'un licenciement: les Girondins sont maintenant prêts à confier le poste d'entraîneur à Thierry Henry.

Cela n'a pas duré très longtemps. Convoqué pour son entretien préalable avant limogeage, l'Uruguayen s'est présenté au Château du Haillan peu avant 10 heures pour en ressortir moins de dix minutes plus tard.

Procédure oblige, il n'a pas été très loquace en rejoignant le parking, évoquant juste "des formalités" avant de quitter en voiture le centre d'entraînement des Girondins.

Légalement, l'annonce officielle de son licenciement ne pourra intervenir avant le début de la semaine prochaine, soit au moins deux jours ouvrables après la date de son entretien préalable.

Cette issue était devenue inéluctable pour l'ancien joueur de Chelsea à forte personnalité, au passé agité dans ses anciens clubs, débarqué à Bordeaux en janvier après le divorce avec Jocelyn Gourvennec.

Sportivement, la greffe a été efficace car il a su sortir les Girondins de la crise, les qualifiant même pour le Ligue Europa au terme d'une fin de saison en boulet de canon.

Mais la gestion du mercato bordelais, rendue compliquée par la passation de pouvoirs à venir entre M6 et les Américains de GACP, appelés à devenir propriétaires du club au scapulaire fin septembre, nécessitant pour chaque dossier une double validation, a tout fait vaciller.

Tensions larvées 

Le pic est survenu le 16 août: Furieux, Poyet avait allumé sa direction, coupable à ses yeux, de lui avoir caché le transfert de son attaquant Gaëtan Laborde à Montpellier.

"Ce que le club a fait aujourd'hui, c'est une honte (...) Je ne peux pas accepter ça. J'ai les +cojones+ de le dire en face", avait-il lancé devant la presse.


Le lendemain, son président Stéphane Martin avait jugé qu'il "avait dépassé les bornes" et l'avait mis à pied.

Depuis, l'équipe a été confiée au préparateur physique Éric Bedouet, spécialiste des intérims aux Girondins - c'est son 4e depuis 2005 - qui était sur le banc dimanche dernier à Toulouse (1-2) et jeudi soir à La Gantoise (0-0).

En raison de la procédure en cours, Bedouet le sera assurément encore dans deux jours pour la réception de Monaco, club qui a révélé en son temps... Thierry Henry, désormais favori numéro 1 pour succéder à Poyet.

"Pour lui (Henry, ndlr), ce serait une très belle expérience, en Ligue 1, un bon championnat, et à Bordeaux, un bon club français", a commenté Leonardo Jardim, coach de Monaco, interrogé sur le sujet, même si le Portugais constate que le contexte bordelais n'est "pas favorable".

Christophe Galtier, entraîneur de Lille, a lui aussi donné son avis: "Thierry a l'avantage d'avoir connu le très haut niveau, de nombreux managers. Il a fait partie de l'aventure depuis trois ans au chevet de la Belgique. Il dispose de beaucoup d'arguments favorables pour être un bon entraîneur".

Vite des renforts 

A 41 ans, l'ancien crack des Gunners qui rêve d'épouser la carrière de coach principal sera-t-il présent au Matmut Atlantique dimanche ? Personne ne le sait vraiment. S'il n'est pas là en personne, son ombre planera bel et bien.

Depuis le début de la semaine, l'adjoint du sélectionneur belge en charge des attaquants lors du Mondial russe a échangé de manière positive avec les dirigeants bordelais, leur donnant même un accord de principe mercredi.

Mais avant de s'engager définitivement avec l'actuel 18e de L1, Henry devait rencontrer jeudi à New-York les dirigeants de GACP afin de connaître leur projet et les moyens mis à disposition.


De cette réunion, peu de choses ont filtré mais selon Sky Sports, dont il était l'un des consultants vedettes il y a peu encore, un contrat longue durée lui a été proposé. De son côté, lui a demandé l'arrivée de renforts d'ici la fin du mercato estival ainsi que lors du prochain en janvier.

On lui prête aussi l'envie de travailler avec Gilles Grimandi, son ancien coéquipier sur le Rocher (1995 à 1997) et à Arsenal (1999 à 2002), recruteur réputé mais sans expérience en tant qu'adjoint, et de venir en Gironde avec son propre préparateur physique. Rendez-vous au prochain épisode.