Championnats étrangers Un peu plus de deux mois après son limogeage du Bayern Munich, le tacticien italien s'est exprimé dans un média italien et est revenu sur la situation, atypique, qu'il a vécue en Bavière.

Invité de l'émission Domenica Sportiva de la chaîne Italia 1, Carlo Ancelotti n'a pas mâché ses mots envers son ancien employeur. " Je reste fidèle a ma manière de travailler, on m'a demandé de la changer et j'ai tout simplement refusé" explique-t-il.

" A partir du moment où les dirigeants ne protègent pas leur entraineur, c'est qu'il est mort. Et c'est exactement ce qui m'est arrivé à Munich" regrette le coach de 58 ans. Et d'affirmer ensuite que ce sont les patrons du club qui influent sur les sélections à opérer par le coach.

" Si vous mettez un joueur important sur le côté et qu'il va se plaindre auprès des dirigeants, vous n'avez plus aucun crédit auprès du vestiaire et il est impossible de s'en relever" souligne enfin celui qui a en outre refusé le poste de sélectionner de l'Italie.

Depuis le limogeage de Carlo Ancelotti à la fin septembre, le club bavarois s'est clairement relevé, reprenant autoritairement la tête de la Bundesliga après un début de saison en dents de scie.