Championnats étrangers

Le ton est encore monté d'un cran vendredi entre Antonio Conte et José Mourinho: l'entraîneur de Chelsea a estimé que son rival était peut-être atteint de "démence sénile", le manager de Manchester United a, lui, évoqué des "matches truqués" alors que le scandale du "Calcioscommesse" a touché l'Italien.

Interrogé sur les commentaires de Mourinho (54 ans), qui avait dit ne plus se comporter "comme un clown" sur le bord du terrain, s'estimant "plus mature", Conte (48 ans) s'est senti visé et a utilisé l'expression italienne "demenza senile", qui se traduit par "démence sénile".

"Je pense qu'il doit regarder comment il était dans le passé. Mais peut-être qu'il parlait de lui-même dans le passé. Parfois, quand quelqu'un oublie ce qui s'est dit dans le passé sur son comportement, je me dis qu'il y a, je ne connais pas le nom, mais +demenza senile+, quand on oublie ce qu'on fait dans le passé", a lancé l'Italien en conférence de presse.

La réponse de Mourinho a été cinglante dans la soirée lors de la conférence de presse après la victoire de son équipe contre Derby (D2) lors du troisième tour de la Coupe d'Angleterre (2-1).

"Une mauvaise question et évidemment une réponse forte mais je ne blâme pas (Conte). La seule chose que je veux dire pour terminer l'histoire est que oui, j'ai fait des erreurs dans le passé sur la ligne de touche. Oui, j'en ferai moins, mais je pense que j'en ferai quand même", a concédé le Portugais avant d'attaquer.

"Ce qui ne m'est jamais arrivé et ne m'arrivera jamais, c'est d'être suspendu pour avoir arrangé un match", a-t-il lancé.

L'ancien sélectionneur de l'Italie, poursuivi pour "fraude sportive" pour ne pas avoir dénoncé en mai 2011 des faits de corruption lors d'un match de Sienne (Serie B), avait pourtant été acquitté en mai 2016, avant de prendre les rênes de Chelsea. Il avait tout de même été suspendu quatre matches pour cette affaire en 2012.

'La presse devrait s'excuser'

Le Portugais a ensuite tenu à calmer le jeu en expliquant "comprendre la réaction" de Conte. Il a aussi assuré qu'il ne faisait référence qu'à "lui-même" en parlant de "clown".

"La presse devrait s'excuser", a-t-il ajouté, estimant qu'elle avait mis le feu aux poudres en interrogeant le bouillant Conte sur le terme de "clown".

La réflexion de Mourinho est le dernier épisode de l'affrontement entre deux entraîneurs qui ne s'apprécient pas et qui luttent pour la 2e place de la Premier League, loin derrière l'impérial leader Manchester City.

Selon Conte, Mourinho continue de s'intéresser de trop près au club londonien qu'il a mené dans le passé à trois titres de champions d'Angleterre.

Le Portugais reproche notamment à Conte son manque de respect, l'Italien reprochant, lui, à Mourinho, ancien manager de Chelsea, de trop s'intéresser encore aux "Blues".

"Il s'agit d'une personne qui continue à regarder ici. Vous comprenez ? Il est parti, mais il continue à regarder ici", a-t-il ainsi assuré vendredi après-midi, expliquant être "ennuyé" être "prêt à se battre" pour son club et lui.

En novembre, les deux hommes ne s'étaient pas serré la main à l'issue de la victoire des Blues contre les Red Devils (1-0) en Premier League.

En mars durant la saison passée, les deux managers avaient dû être séparés par le quatrième arbitre après un échange d'opinions musclé. Soit le deuxième round d'un clash qui avait débuté dès octobre 2016: lors de son retour à Stamford Bridge, "Mou" avait été écrasé 4-0 et avait peu apprécié les harangues de l'Italien.