Championnats étrangers

Un gouffre était censé les séparer: le PSG a logiquement remporté sa quatrième Coupe de France d'affilée, un record, mais sans parvenir à écraser la valeureuse équipe des Herbiers, vaincue 2-0 mardi au Stade de France.

L'entraîneur Unai Emery, sur le départ, quitte donc le club parisien avec un septième trophée en deux ans, mais une drôle de sensation. Il aurait sans doute rêvé d'une fête plus belle pour son dernier match à enjeu.

Son équipe n'a réussi qu'à marquer deux buts, dont un sur un penalty d'Edinson Cavani (74e) face à un club de troisième division au budget 270 fois plus petit.

En première période, l'Argentin Giovani Lo Celso avait logiquement ouvert le score en faveur de Parisiens (25e) il faut bien le reconnaître plutôt malchanceux jusqu'ici avec trois poteaux dans les vingt premières minutes. 

Le PSG s'offre ainsi sa quatrième Coupe de France consécutive, un record, pour le club qui compte aussi le plus grand nombre de sacres dans cet exercice, douze au total.

Mais les Herbiers peuvent sortir la tête haute. Leur gardien Matthieu Pichot a été héroïque et ils ont su éviter une addition plus sévère malgré la pression constante des Parisiens, qui ont confisqué le ballon, comme on pouvait s'y attendre.

Leur entraîneur Stéphane Masala l'avait bien dit: il ne se fixait aucun objectif comptable et se donnait même "0 chance de l'emporter".

Effectivement, ses joueurs n'ont pratiquement jamais eu d'occasions franches devant le but de Kevin Trapp, mais ont été à la hauteur de l'incroyable ambiance du Stade de France, où tout un peuple vendéen était venu soutenir les soutenir.

Jusqu'à faire vibrer leurs supporters dans les dernières secondes, en tentant de marquer, avant d'être repris par un défenseur parisien. 

Sous les yeux de Neymar

On leur prédisait pourtant le pire en évoquant les plus grosses déroutes des finales de Coupe de France, et le fameux 5-0 encaissé par Nantes contre Saint-Etienne en 1970. Il n'en a rien été.

Et ils ont fait plus que bonne figure sous les yeux du président Emmanuel Macron et de la star du PSG Neymar, de retour à Paris pour soutenir les siens et terminer sa convalescence, deux mois après son opération du pied droit au Brésil.

Le PSG a malgré tout quelques satisfactions après ce match bien sûr. Malgré sa campagne ratée en Ligue des champions, il aura tout remporté sur la scène nationale, avec en prime ce record en Coupe de France.

L'attaquant uruguayen Edinson Cavani, grâce à son but sur penalty, a prouvé une nouvelle fois qu'il était l'homme des finales, avec un total de 11 buts en 9 finales de coupes nationales avec Paris.

En marquant, l'Argentin Giovani Lo Celso a aussi rappelé qu'il aura été une satisfaction de la saison: l'Argentin a inscrit 4 buts lors de ses 6 derniers matches toutes compétitions confondues", avec le PSG, a noté le statisticien Opta.

Kylian Mbappé n'aura lui pas été chanceux en voyant son but annulé après l'utilisation de l'assistance à l'arbitrage vidéo.

Une page se tourne à Paris, avec le départ d'Emery et la probable arrivée de l'Allemand Thomas Tuchel.

Le match de ce soir, comme, les deux derniers nuls concédés par Paris en championnat laissent penser que le club a la tête ailleurs, tournée vers les nombreux dossiers qui l'attendent: le nouvel entraineur, la gestion du mercato ou du fair-play financier.

Cette finale qui a récompensé la superbe épopée des Herbiers était un grand moment pour les Vendéens, mais sans doute une simple formalité pour leurs adversaires du jour.

Après la rencontre, les Herbiers ont eu droit à une énorme ovation de leurs supporters, et un "clapping"géant, comme s'ils avaient gagné la Coupe du monde. Puis une haie d'honneur des Parisiens.