Championnats étrangers L’adjoint de Klopp apparaît comme le nouveau favori à la succession de Wenger.

Son nom ne vous évoque sans doute rien. Son visage, avec son imposante chevelure brune, vous est sans doute plus familier. Zeljko Buvac n’était pas aux côtés de Jurgen Klopp ce mercredi soir à Rome. Liverpool a indiqué, en début de semaine, que le fidèle adjoint de l’Allemand serait absent jusqu’en fin de saison "pour raisons personnelles".

Selon le quotidien bosnien Pravda BL qui avait été le premier à annoncer l’arrivée du duo à Liverpool, Buvac serait en fait très proche d’un accord avec Arsenal.

Alors que Luis Enrique s’avançait comme le grand favori à la succession d’Arsène Wenger, la cote du Bosnien a grimpé en flèche ces dernières semaines. Plusieurs éléments l’expliquent.

D’abord, les prétentions salariales de l’ancien entraîneur du Barça ont effrayé certains dirigeants des Gunners. Ensuite, le choix du futur manager trahit aussi l’intense lutte d’influence dans les arcanes du club londonien.

D’un côté , la frange espagnole incarnée par Raul Sanllehi, responsable relation football, pousse pour son compatriote. De l’autre l’allemande incarnée par Sven Mislintat, en charge du recrutement à Londres depuis l’hiver dernier et son arrivée en provenance de… Dortmund, milite pour un autre choix. Mislintat connaît Buvac qui avait accompagné Klopp au Borussia comme il l’avait fait à Mayence.

Les deux hommes s’étaient rencontrés sur les bords du Rhin à l’époque où ils étaient encore joueurs en scellant un pacte : le premier des deux à être nommé entraîneur prendrait l’autre comme adjoint. Buvac, 56 ans, ancien milieu de terrain à la carrière modeste, plus qu’un ami, s’est imposé au fil des 17 années de collaboration entre les deux hommes comme son éminence grise. Comme l’architecte du fameux gegenpressing. Qui pourrait devenir la nouvelle norme à Arsenal…