Championnats étrangers

L'Atlético Madrid a sévèrement critiqué mardi le FC Barcelone qui compte, selon deux radio espagnoles, lever la clause libératoire d'Antoine Griezmann fixée à 100 millions d'euros, les rumeurs de transfert de l'international français s'intensifiant à l'approche de la finale d'Europa League contre Marseille.

"La position de l'Atlético Madrid est très claire et a été rendue publique à de nombreuses reprises. Nous n'avons jamais négocié pour Griezmann et nous n'avons aucune intention de le faire", a tonné Miguel Angel Gil Marín, directeur général de l'Atlético, dans un communiqué.

"J'ai déjà dit personnellement, il y a quelques mois, au président de Barcelone (Josep Maria Bartomeu) que les droits du joueur ne sont ni en vente, ni à vendre. Je lui avais aussi précisé que sa conduite inappropriée était contraire à l'intégrité de la compétition", a ajouté le dirigeant madrilène, actionnaire majoritaire du club, très remonté.

Un peu plus tôt, la radio espagnole Cadena Cope, affirmait sans citer de source que "le FC Barcelone a communiqué à l'Atlético Madrid qu'il va verser la clause libératoire d'Antoine Griezmann. Et l'Atlético sait que son joueur s'en ira à la fin de cette saison".

Ces spéculations interviennent au pire moment pour le club madrilène, à une semaine de la finale d'Europa League contre Marseille le 16 mai à Lyon, et à la veille du "Media Day", journée dédiée à la presse mercredi au stade Metropolitano de Madrid.

Numéro 7 réservé au Barça

Griezmann avait prolongé l'été dernier jusqu'en 2022 avec l'Atlético mais sa clause libératoire, temporairement relevée à 200 M EUR, doit redescendre à 100 M EUR au 1er juillet. La Cope souligne que le club catalan a d'ores et déjà prévu de réserver le numéro 7, libre au sein du vestiaire, à cette nouvelle recrue.

De son côté, la Cadena Ser fait état d'un coup de téléphone entre Josep Maria Bartomeu, président du Barça, et Enrique Cerezo, son homologue de l'Atlético, pour annoncer les intentions barcelonaises. Interrogé à ce sujet mardi à la mi-journée, Cerezo s'est montré évasif, refusant d'alimenter les spéculations grandissantes.

"Je vais vous dire une chose. Antoine Griezmann est un joueur de l'Atlético Madrid, que je sache, au jour où on se parle. Je ne peux rien vous dire de plus parce que je ne sais rien de plus", a dit le dirigeant au micro de la chaîne espagnole Gol TV.

Âgé de 27 ans, Griezmann a entretenu ces derniers mois l'hypothèse d'un départ de l'Atlético, son club depuis 2014. Le leader d'attaque de l'équipe de France a d'ailleurs assuré qu'il trancherait son avenir avant la Coupe du monde (14 juin-15 juillet).

'Un grand joueur'

Mais alors que la presse catalane donne pour acquis un départ vers le Barça cet été, le joueur avait lui-même refroidi ces spéculations, ouvrant la porte à une prolongation de son contrat à l'Atlético. Lundi, Josep Maria Bartomeu a reconnu pour la première fois publiquement avoir croisé Griezmann pendant ses vacances l'été dernier, puis s'être réuni avec l'entourage du joueur en octobre, sans confirmer un éventuel transfert.

Interrogé sur la question mardi en conférence de presse, l'entraîneur barcelonais Ernesto Valverde a botté en touche. "Je suis vraiment désolé mais nous devons être prudents quand nous parlons d'un joueur qui n'est pas à nous, par respect pour nos propres joueurs et pour un club rival", a dit le technicien.

"Dans ce cas précis, c'est l'Atlético Madrid, qui compte sur Griezmann et qui va jouer une finale. Ils l'ont mérité après une grande saison. Nous devons rester prudents. Oui, c'est un grand joueur, oui, c'est un bon joueur, on le sait tous. Pour l'avenir on verra bien", a-t-il conclu.