Championnats étrangers

Le club madrilène a tenu à clarifier les informations concernant les transferts de joueurs de moins de dix-huit ans.

Le Real Madrid, au centre d'une demande d'"informations" de la Fifa concernant les transferts de mineurs, s'est défendu dans la nuit de lundi à mardi en publiant des données concernant une cinquantaine de jeunes joueurs.

La Fédération internationale de football, qui encadre strictement les transferts de joueurs mineurs, a annoncé lundi avoir réclamé au Real de la "documentation" sur tous les joueurs étrangers de moins de 18 ans du club, tout en précisant n'avoir pas ouvert de procédure disciplinaire à ce stade.

"Le Real Madrid a répondu avec diligence en apportant toutes les données requises par la Commission dans le délai établi, avec des documents détaillés", a fait savoir le club madrilène dans un long communiqué publié sur son site internet.

Assurant "suivre strictement la législation d'inscription (des joueurs) dans tous les cas", le Real a expliqué que la demande de la Fifa portait sur une cinquantaine de joueurs et a détaillé les raisons pour lesquelles, selon lui, le recrutement de ces derniers s'était fait dans les règles.

Dans le détail, certains des joueurs concernés étaient Espagnols au moment de leur arrivée au club, d'autres déjà majeurs et plus d'une vingtaine sont arrivés à la "Maison blanche" après être passés auparavant par un autre club espagnol, ce qui convertit leur recrutement en transfert national et non international, a fait valoir le Real Madrid.

Le club merengue cite également le cas de joueurs "fils d'un ex-joueur de l'équipe première". Selon la radio espagnole Cadena Cope, il s'agirait des enfants de Zinédine Zidane, dont les quatre fils Enzo (19 ans), Luca (16 ans), Theo (12 ans) et Elyaz (9 ans) jouent tous dans les catégories de jeunes du Real Madrid.

La Fifa interdit aux clubs le recrutement de joueurs mineurs étrangers (limite descendue à 16 ans pour les européens), sauf à remplir certaines conditions.

Le FC Barcelone est sous le coup d'une interdiction totale de recrutement pour avoir violé plusieurs fois cette interdiction entre 2009 et 2013.

Selon le quotidien madrilène As, l'Atletico Madrid aurait également fait l'objet de vérifications de la part de la Fifa.