Championnats étrangers La réussite de Monaco cette saison est avant tout celle de son entraîneur. Portrait.

Sa maîtrise du français teinté d’un accent portugais prononcé n’est plus source de plaisanterie. Désormais, quand Leonardo Jardim fait rire, il ne le fait plus à son insu, à l’image de cette petite sortie juste avant la remise des trophées de l’UNFP.

"Les quatre nommés sont les quatre meilleurs entraîneurs français de L1. Moi, je crois que je peux gagner le trophée de meilleur maçon portugais qui travaille en France. J’en profite pour saluer tous les maçons portugais de France. En 2014 et 2015, j’ai gagné la truelle d’or", avait-il expliqué, facétieux en conférence de presse. "Si je gagne le trophée UNFP, ce sera une progression."

Logiquement, le Portugais qui n’était pas dans les quatre nominés lors de ses deux premières saisons alors que Monaco avait terminé 2e et 3e, a été couronné après une saison qui a marqué une rupture dans sa perception. Dans son image. Même Christophe Dugarry, l’un de ses plus farouches contempteurs qui moquait ses équipes à l’envie, s’est incliné sur les antennes de RMC : "Jardim a su évoluer dans sa manière de faire, ce titre de champion est le sien et il est tout à fait mérité."

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.