Championnats étrangers

Les propriétaires de West Ham ont quitté le London Stadium en plein match samedi, alors que des incidents ont éclaté sur le terrain et en tribunes lors de la défaite à domicile contre Burnley en Premier League (3-0), plaçant le club sous la menace de mesures disciplinaires.

Après le premier but de Burnley, quelques supporters ont envahi le terrain avant d'être poussés dehors par le défenseur James Collins. L'un des fans a même été jeté à terre par le capitaine des "Hammers" Mark Noble, furieux que les supporters viennent s'en prendre à son équipe.

Le deuxième but de Burnley a lui provoqué des scènes de chaos. Plusieurs centaines de fans se sont dirigés vers le box des dirigeants pour demander le départ des propriétaires, les accusant de "détruire le club".

Un fan s'est également emparé d'un drapeau de corner avant d'aller le planter dans le rond central.

Les copropriétaires David Gold et David Sullivan, dont la décision de déménager le club d'Upton Park à l'ancien stade olympique -que West Ham loue- est à l'origine de la colère des supporters, ont ensuite quitté le London Stadium par sécurité, selon la presse britannique.

Les forces de l'ordre ont ensuite encadré les supporters et le banc de West Ham, tandis que du côté du staff de Burnley, on permettait à des enfants pris dans le chaos de se réfugier sur le banc.

Enquête ouverte par West Ham

Malgré plusieurs interruptions, le match a pu se terminer, plaçant les "Hammers" 16e du Championnat d'Angleterre, deux points seulement au-dessus de la zone de relégation.

"Je ne crois pas avoir déjà vu ça dans un match de foot", a réagi l'entraîneur de West Ham David Moyes sur Sky Sports, implorant les supporters de soutenir ses joueurs "d'une autre façon". "Tout ce que je demande, c'est que tout le monde reste uni et que nous essayions de s'assurer de rester en Premier League", dit-il.

De son côté, le club a indiqué dans un communiqué avoir ouvert une enquête et demandé une réunion d'urgence de toutes les parties prenantes du London Stadium, promettant de prendre "des mesures fermes et appropriées".

Les incidents de samedi viennent mettre un terme à une semaine agitée pour le club, alors que deux manifestations de supporters prévues ont été annulées, la deuxième en raison d'altercations entre groupes de supporters.

Le déménagement d'Upton Park, une enceinte compacte où les fans prenaient place tout près des joueurs et du jeu, à un stade initialement conçu pour l'athlétisme, où les supporters sont forcément beaucoup plus éloignés de l'action, a été la source de critiques répétées depuis que West Ham s'est installé dans sa nouvelle maison la saison dernière.

Les premiers mois ayant suivi ce changement de stade avaient d'ailleurs entraîné plusieurs incidents sur le terrain, les autorités du stade et les dirigeants du club se disputant sur leurs responsabilités respectives concernant les mesures de sécurité.