Championnats étrangers

Le Paris SG, qui alignait pour la première fois de la saison ensemble ses trois stars offensives Kylian Mbappé, Edinson Cavani et Neymar, a rossé Angers 3-1 grâce à un but de chacun des trois membres de la 'MCN', samedi lors de la 3e journée de Ligue 1.

Pour son retour à la compétition depuis sa blessure en Coupe du monde, l'Uruguayen Edinson Cavani a inscrit le 1er but du PSG dès la 12e minute. Thomas Mangani a égalisé pour les Angevins (21e s.p.) mais Mbappé (52e) et Neymar (66e) ont redonné l'avantage au PSG, plus que jamais leader de la L1 et toujours invaincu en match officiel cette saison.

Les Parisiens ont battu Monaco 4-0 lors du Trophée des champions, puis Caen (3-0) et Guingamp (3-1) en Ligue 1. Face à Angers, leur entraîneur Thomas Tuchel a testé un schéma tactique inédit, avec une défense à trois et le Brésilien Marquinhos, défenseur central de formation, au milieu de terrain.

Il a décidé de sortir à la mi-temps la recrue allemande Thilo Kehrer, timide pour ses débuts et responsable du penalty angevin, et de repasser à 4 défenseurs derrière. Ce, alors que le score était de 1-1, mais Angers a fini par plier en seconde période.

Titularisé dans les buts, le gardien champion du monde Alphonse Aréola s'est montré décisif, ne pouvant rien sur le penalty mais détournant notamment une tentative de Jeff-Reine Adélaïde (29e) et une autre de l'ancien parisien Wilfried Kanga (70e).

Accroché par Caen, Nantes marque son premier point

Nantes a marqué son premier point en revenant au score contre Caen (1-1), samedi, lors de la 3e journée de Ligue 1, mais le chantier reste encore vaste pour l'entraîneur Miguel Cardoso.

Avec ce point, Nantes pointe à une bien triste 16e place provisoire, alors que les Normands, qui en comptent le double, sont juste devant eux (15e).

Au coup d'envoi, la composition de l'attaque jaune et verte avait de quoi surprendre avec les absences de Majeed Waris, Emiliano Sala et Gabriel Boschilia dans le 4-3-3.

En face, Caen avait disposé un 4-4-2 solide, avec Enzo Crivelli et Malik Tchokounté légèrement décroché qui a très bien réussi à limiter les espaces et à donner beaucoup de mal à ses adversaires pour approcher de la surface.

Les deux seules actions nantaises sont d'ailleurs venues d'action de pressing.

La première sur un ballon récupéré par Lucas Evangelista dans les pieds d'Alexander Djiku. Le Brésilien feintait Prince Oniangue et oubliait Kalifa Coulibaly et Abdoulaye Dabo pour frapper, mais Paul Baysse contrait (24).

Neuf minutes plus tard, c'est Samuel Moutoussamy bien décalé par Dabo, après un ballon récupéré aux vingt mètres, qui croisait trop du droit (33).

Un bilan bien maigre et qui n'empêchait pas les sifflets de la Beaujoire à la pause, tant le jeu était constellé d'erreurs techniques.

Des sifflets aggravés par l'ouverture du score des Caennais sur leur seule occasion. Fayçal Fajr ouvrait pour Casimir Ninga sur son aile droite, et Enok Kwateng lui laissait tout le temps d'ajuster un centre repris du genou par Enzo Crivelli aux six mètres (0-1, 38).

Cardoso revoyait un peu ses plans à la pause, faisant entrer Waris à la place de Dabo, ce qui donnait beaucoup plus de tonus à l'attaque des Canaris.

Nantes croyait tenir l'égalisation par Coulibaly sur un centre de Lima (53), mais le but était refusé pour hors-jeu.

Caen faisait le dos rond, Fabien Mercadal remplaçant Crivelli par le milieu belge Stef Peeters, mais sur une belle combinaison, Waris s'engouffrait dans la surface et était retenu par Baysse, qui écopait d'un deuxième carton jaune en plus du penalty concédé.

Sala, entré en jeu 5 minutes plus tôt à la place de Coulibaly, prenait Samba à contrepied (1-1, 80).

Un point en guise de cache-misère qui allège toutefois un peu la pression sur le technicien nantais avant le déplacement à Strasbourg la semaine prochaine.

Ca plane pour Dijon, pas pour Nice

Dijon réussit un sans faute, serti d'une victoire de prestige à Nice, chez Patrick Vieira. Le GYM s'est incliné 4-0 sur sa pelouse, sur des réalisations de Nayef Aguerd (67e), Oussama Haddadi (83e) et Jules Keita (86e, 90+3). Avec un point pris en trois journées, les débuts sur la Côte d'Azur du champion du monde 1998 sont compliqués.

C'est aussi le cas de Miguel Cardoso sur le banc de Nantes: les Canaris ont galéré pour obtenir leur premier point sous la houlette du Portugais, samedi face à Caen (1-1). Enzo Crivelli a en effet ouvert le score dès la 37e minute pour Caen et il a fallu un penalty d'Emiliano Sala (80e) pour que les Nantais égalisent.

Reims et Nîmes reviennent sur terre

Pas de troisième victoire consécutive pour les promus: après des débuts de rêve dans l'élite, Reims et Nîmes ont trébuché samedi.

Après avoir battu Nice et Lyon, 1-0 à chaque fois, Reims a perdu 4-1 contre Amiens. Les Picards ont bénéficié de l'exclusion de Romain Métanire dès la 36e minute, même s'ils avaient ouvert le score auparavant, par Eddy Gnahoré (22e). La recrue iranienne Saman Ghoddos, à peine débarquée en France, a inscrit le deuxième but (58e) et Moussa Konaté (67e, 73e) les deux derniers.

Après deux défaites, à Lyon (2-0) puis contre Montpellier (2-1), les Amiénois qui disputent leur deuxième saison au plus haut niveau lancent ainsi enfin leur opération maintien.

Quant aux Nîmois, ils ont perdu 1-0 sur la pelouse de Toulouse. L'homme fort des Toulousains, l'Ivoirien Max-Alain Gradel, a marqué à son 2e essai sur penalty (80e). Les Gardois restaient sur des succès à Angers (4-3) et surtout contre le puissant voisin marseillais (3-1).

Enfin Saint-Etienne n'a pu faire mieux que match nul sur la pelouse de Montpellier (0-0), lors d'une troisième journée qui se poursuit dimanche avec notamment la réception de Rennes par Marseille.