Championnats étrangers

Marseille, un peu émoussé, a raté une belle occasion de prendre la place de Monaco sur le podium en concédant le nul (1-1) ) Angers, dimanche, pour la 35e journée.

Ce point ne permet pas à l'OM de profiter du faux-pas de Monaco à domicile (0-0) contre Amiens samedi. Avec 70 points, il reste 4e avec un point de retard sur Monaco et deux sur Lyon, 2e, qui a fait l'excellente opération de la journée dans le haut du tableau en battant Nantes (2-0).

Pour Angers, en revanche, ce point ressemble fort à celui du maintien. Avec 38 unités, soit 6 de mieux que Troyes et Lille, 18e et 19e, les noirs et blanc ne semblent plus devoir craindre quoi que ce soit.

Trois jours après avoir pris un avantage intéressant en demi-finale d'Europa League avec un succès 2 à 0 éprouvant physiquement face à Salzbourg, les héros étaient fatigués.

Rudi Garcia avait d'ailleurs laissé Dimitri Payet et Kostas Mitroglou sur le banc, titularisant Franck Zambo Anguissa dans l'entre-jeu et Valère Germain devant.

Florian Thauvin était aussi sur le terrain au coup de d'envoi, tout comme les latéraux Bouna Sarr et Jordan Amavi, alors que Luiz Gustavo était aux côtés d'Adil Rami dans l'axe de la défense, jusqu'à l'entrée en jeu de Rolando à l'heure de jeu.

L'OM a eu l'heureuse idée de rapidement prendre les devants, grâce à un penalty pour un ceinturage d'Abdoulaye Bamba sur Germain sur un corner, que Thauvin transformait (0-1, ).

Sans vraiment se contenter de gérer son avantage, Marseille a tout de même pu jouer plus tranquille qu'à l'habitude, guettant l'opportunité de faire le break.

Sarr, sur un coup-franc direct (35), une frappe d'Amavi détournée par Butelle (51) et une autre de Thauvin déviée au dessus de la barre la minute suivante laissaient planer le danger sur les Angevins.

Pelé décisif

Une reprise de Gustavo (72) et une tête de Rolando (77) montraient que les bleus savaient leur avantage bien fragile, Yohan Pelé ayant eu plusieurs fois à s'employer.

Irréprochable sur des frappes de Flavien Tait (22, 39), un centre-tir de Karl Toko-Ekambi (38), ou une reprise à contre-pied de Prince Oniangué, qu'il parvenait malgré tout à détourner, Pelé était dans un bon soir.

Il était aussi aidé par le dévouement défensif des attaquants, à l'image de ce tacle de Lucas Ocampos pour contrer Pierrick Capelle (50), et par la maladresse adverse, comme lorsque Thomas Mangani ratait le cadre grand ouvert (69).

Mais les 18e de Ligue 1 à domicile, avec 21 points pris en 17 matches seulement, n'ont jamais baissé les bras et sur un coup-franc de Tait, c'est le capitaine Ismaël Traoré qui s'est élevé et a ajouté une tête piquée imparable le long du poteau (1-1, 79).

Un épilogue amer pour les Phocéens à qui le rythme trépidant de cette fin de saison ne va pas laisser le temps de se lamenter. Dès jeudi, c'est la demi-finale retour de C3 qui les attend.