Championnats étrangers

À quoi a-t-il pu penser en ouvrant les rideaux de sa suite et en découvrant, un matin encore, le panorama s’ouvrant majestueusement à lui ? Neymar a sans doute dû sourire. Comme il le fait très souvent depuis son arrivée à Paris voilà maintenant trois semaines.

En ce mois d’août, la capitale française tourne un peu au ralenti alors que pour le Brésilien tout va vite, très vite dans le sillage de sa garde rapprochée, les fameux toisqui le suivent partout ou presque.

L’agitation que soulève la venue du crack est proportionnelle au culte du secret qui enveloppe son quotidien. Illustration au Royal Monceau où il a passé la majeure partie de ses nuits depuis qu’il a posé les pieds en France, mise au vert à Rueil-Malmaison et escapade à Saint-Tropez exceptées. Majestueux, l’établissement est tout aussi calme.

Sur son perron, un voiturier à chapeau haut de forme vous propose de l’aide pour vos bagages. La porte vous est ouverte et les tapis rouges moelleux posés sur le parquet viennent vous rappeler le luxe et le raffinement extrême de l’établissement. Des canapés dans le lobby à l’écart des regards indiscrets garantissent la quiétude des lieux, la splendide terrasse illuminée par les généreux rayons de soleil du mois d’août a des airs d’invitation à la détente. Comme si le temps s’était arrêté.

(...)