Championnats étrangers

Cristiano Ronaldo n'a pas encore marqué mais la Juventus Turin est déjà lancée avec une deuxième victoire en deux matches, samedi face à la Lazio Rome (2-0), comme Naples, qui a renversé une situation mal engagée contre l'AC Milan (3-2).

L'attente se prolonge, Ronaldo n'a toujours pas trouvé le chemin du but sous le maillot rayé noir et blanc de la Juve.

Comme la semaine dernière à Vérone, quand son équipe avait battu le Chievo 3-2 en ouverture du championnat d'Italie, le Portugais a été dangereux, notamment sur un tir splendide, remarquablement sorti par Strakosha (71e). Mais il n'a pas marqué.

D'abord bien pris par Wallace, le quintuple Ballon d'Or a tout de même réussi un match plein et très collectif et son entraîneur Massimiliano Allegri n'avait pas l'air très inquiet que sa vedette n'ait pas encore trouvé la cible.

"Il n'est avec nous que depuis 15 jours. Et comme il est très intelligent, il essaie de comprendre le foot italien, qui est très différent de celui qu'il a connu en Espagne. Je suis très content de ce qu'il a fait", a déclaré le technicien italien.

La prochaine occasion pour Ronaldo viendra samedi à Parme, où la Juventus arrivera forte de sa performance du jour, très solide et qui a illustré la richesse incomparable de son effectif.

Les buts turinois ont été inscrits par Pjanic d'une très belle et difficile demi-volée de l'extérieur de la surface (30e), puis par Mandzukic (75e), qui a profité d'un étonnant raté de CR7 devant le but vide.

Pour la Lazio, inoffensive à l'exception d'un tir de Luis Alberto de peu à côté (59e), le danger pouvait venir de partout, avec notamment un côté droit turinois très fort animé par Cancelo et Bernardeschi puis Douglas Costa.

Ancelotti renverse Gattuso

Au milieu de terrain, le champion du monde français Matuidi a de son côté fait une reprise plus que convaincante, avec une première période de très haut niveau avant un logique fléchissement physique.

Alors que la 2e journée se poursuivra dimanche puis lundi, la Juventus prend donc les commandes avec déjà six points, comme Naples, son dauphin de la saison dernière.

La Lazio, de son côté, reste à sec avec zéro point et paie un calendrier terrifiant, qui lui avait justement réservé Naples et la Juventus d'entrée.

Pour Naples, rien n'a été simple samedi même si tout avait débuté par une belle accolade et des baisers sur les joues, entre Carlo Ancelotti et Gennaro Gattuso, qui a été son joueur pendant huit ans au Milan, entre 2001 et 2009.

Pendant longtemps, on a pensé que l'élève allait jouer un sale tour au maître, puisque Milan a mené 1-0 puis 2-0, grâce à deux beaux buts, signés Bonaventura (15e) puis Calabria après un long mouvement collectif (49e).

Mais les rossoneri n'ont pas maintenu leur emprise et Naples est revenu, grâce au Polonais Zielinski, auteur d'un doublé (53e et 67e) avec notamment une belle volée du droit sur le but du 2-2.

A la 80e minute, Mertens a marqué le but de la victoire napolitaine et Ancelotti est allé consoler Gattuso. Avec six points en deux matches et deux victoires en remontée contre de bonnes équipes (Lazio et Milan), l'ancien entraîneur du Paris SG a réussi son retour en Italie.

Dimanche, on suivra les débuts à domicile de l'Inter Milan qui, face au Torino, devra déjà rebondir après sa défaite inaugurale contre Sassuolo (1-0). Lundi en clôture, l'AS Rome cherchera elle contre l'Atalanta Bergame à confirmer sa victoire de la première journée sur la pelouse du Torino (1-0).