Championnats étrangers Sur les sept rencontres qu'ils vont disputer en trois semaines, les Reds affrontent six cadors pratiquement coup sur coup.

La trêve internationale passée, les championnats nationaux et les Coupes d'Europe vont reprendre leurs droits, respectivement ce week-end et la semaine prochaine. Pour certaines équipes, dont le calendrier et les tirages au sort n'ont pas été des plus cléments, le retour aux affaires s'annonce particulièrement corsé. C'est notamment le cas de Liverpool.

Leader de la Premier League avec un bilan de douze points sur douze, tout comme Chelsea et Watford, le club de la Mersey tentera de poursuivre son début de saison parfait face à Tottenham ce samedi à Wembley.

Trois jours plus tard, les hommes de Jürgen Klopp remettront en jeu leur statut de vice-champions d'Europe en accueillant le Paris Saint-Germain à Anfield. De retour aux affaires en C1 après des années de vaches maigres, les Reds ne bénéficieront plus de l'effet de surprise et devront s'extirper d'un des groupes les plus relevés de cette phase de poules (avec également Naples et l'Etoile rouge de Belgrade).

Si la rencontre face à Southampton le week-end suivant paraît moins compliquée sur papier, les Liverpuldiens devront se méfier des lendemains européens, d'autant plus face à une équipe qui ne leur a pas toujours réussi ces dernières saisons (trois défaites, deux nuls et deux victoires en deux ans et demi).

Suivra une double confrontation face à Chelsea. D'abord un match couperet en Coupe de la Ligue le 25 septembre en guise d'affiche incontestable du troisième tour. A Stamford Bridge ensuite quatre jours plus tard pour le compte de la septième journée de Premier League.

Ce programme dense et copieux s'achèvera par la deuxième journée de C1 avec un déplacement à Naples le 3 octobre et la réception des champions en titre de Manchester City le 7.

Fort d'un recrutement ciblé et onéreux, le club qu'on présente comme le plus grand rival des Skyblues pour la conquête du titre de champion d'Angleterre aborde déjà un virage important de sa saison. Si les lauriers ne se glanent pas maintenant, ils peuvent néanmoins se perdre. Mais à Liverpool, qui peut se targuer d'avoir son noyau le plus étoffé et qualitatif depuis des années, on a appris à négocier les grandes affiches depuis l'arrivée de Jürgen Klopp voici près de trois ans. Spurs, Parisiens, Blues, Partenopei et Cityzens sont prévenus.

© AP