Football La première pierre est prévue pour 2016. En espérant qu’aucun recours ne vienne ralentir la démarche…

Un stade flambant neuf de 62.613 places. L’Eurostadium. Voilà qui est alléchant ! Seulement voilà, on n’est encore très loin du début des travaux.

"Ce n’est pas encore à 100 % certain qu’un nouveau stade arrivera sur le plateau du Heysel", concède Steven Martens. "On ne le sera que quand tous les accords seront signés. Mais je sais qu’on a le soutien des différentes autorités. On avait déjà les plans et maintenant, cette désignation va accélérer les choses. Je suis confiant."

En principe, la désignation pour l’Euro 2020 devrait accélérer le processus. Guy Vanhengel, le Ministre bruxellois des Finances, du Budget et des Relations extérieures, croise lui aussi les doigts. "J’espère que tout le monde sera de bonne composition et que personne n’entamera de procédure ! Car ce projet est très important pour la ville et pour le pays."

Autre souci à résoudre : certains, comme le Club Bruges, sont contre le fait qu’Anderlecht profite de ce nouveau stade. "Mais Anderlecht paiera un prix de location correct", assure Steven Martens. "Et le financement sera entièrement privé." À hauteur de plus de 310 millions.

Tout le monde croise donc les doigts pour que le calendrier soit respecté. Début novembre, les trois consortiums en lice (Bam/Ghelamco, Besix et Denys) rentreront une deuxième offre. Le comité d’organisation et la Ville de Bruxelles se décideront fin 2014. Il est prévu que la première pierre soit posée mi-2016 et que l’Eurostadium soit terminé dans le courant de 2018. Enfin, si tout va bien…