Football Ronald Foguenne est devenu international grâce au Standard et... chômeur grâce à Charleroi

BEAUFAYS Le mercredi 22 janvier 2003 restera un jour noir dans la carrière de Ronald Foguenne. `Pour la première fois de ma vie, je me suis inscrit au chômage´, avoue, tristement, le milieu de terrain liégeois. `Le foot professionnel, c'est terminé pour moi! Après quatorze ans de première division. Mais si les deux premières saisons de ma carrière avaient été comme les deux dernières, jamais je n'aurais fait du foot mon métier. Je suis franchement dégoûté du milieu...´

L'histoire de désamour entre l'ancien international et le Sporting Charleroi aura duré deux saisons et demi. Elle s'est terminée de manière abrupte en fin d'année 2002 lorsque le club du Mambourg licencia son joueur pour faute grave. Un motif réfuté par Foguenne: `Je le conteste. Je savais que mes heures étaient comptées à Charleroi, mais je n'ai jamais pensé que l'on utilisera cette méthode pour me mettre dehors...´

Action en justice

Des soins administrés à Liège ont été à l'origine du licenciement jugé abusif, le Calidifontain assurant avoir reçu la permission du club de procéder de la sorte.

`La justice tranchera, continue Ronald Foguenne. Une action a été introduite par mon avocat, Laurent Stas de Richelle. Elle sera étudiée lundi par le tribunal du travail. J'ai reçu ma lettre de licenciement par recommandé le 18 décembre. Le club avait ensuite trois jours ouvrables pour la confirmer par un C 4... que je viens de recevoir, ce mardi! Sans lui, je ne pouvais m'inscrire au chômage. J'attends encore des arriérés de salaires, j'avais encore un an et demi de contrat et, surtout, je revendique une prime à la signature jamais reçue. La faute grave ne repose sur rien. Je pense d'ailleurs que les dirigeants carolorégiens sont en train de s'en rendre compte, et qu'ils n'ont rien à gagner d'une action en justice. Sinon, ils n'auraient pas proposé, comme ils viennent de le faire, un paiement échelonné pour la fameuse prime qu'ils ne comptaient pas payer. Preuve qu'ils ne sont pas droit dans leurs bottes...´

`J'étais considéré comme un pro-Manu Ferrera´

L'ancien médian du FC Liégeois et de Seraing a quitté certaines personnes sans tristesse: `Depuis l'arrivée d'un homme, on m'a cherché des poux. Sous prétexte que je faisais partie de la mouvance Manu Ferrera? Au Mambourg, c'est la guerre des clans! Comme en Sicile... On est catalogués, c'est une obligation. On est soit pour quelqu'un, soit contre un autre. Ces considérations sont parfois plus importantes que les qualités sportives...´

Mais il faut dire aussi que la position du Calidifontain était fragilisée par de nombreuses blessures à répétition. Et son rendement de douze rencontres disputées sous le maillot zébré en deux saisons et demi (dont seulement dix minutes lors du championnat actuel) fut largement insuffisant.

`C'est vrai, je le sais. J'ai payé chèrement ses pépins physiques, reconnaît Ronald Foguenne. Si j'avais eu le rendement qui fut le mien lors de ma période gantoise, sans doute aurais-je été davantage considéré à Charleroi...´

À Verviers, grâce à Benoît Thans

Lorsqu'il a, en début de semaine, rendu les clefs de sa voiture, l'ancien Zèbre a reçu son papier de transfert qui devrait lui permettre de rebondir au CS Verviétois, en D 3: `Le Comité exécutif statuera aujourd'hui sur mon cas. J'espère être en mesure d'aider très bientôt le RCSV. Sa situation sportive n'est pas florissante, le maintien sera difficile. Mais je suis prêt pour ce défi. Les problèmes financiers? Je ne me serais pas engagé si Benoît Thans n'avait pas été là. Si un gars comme lui s'engage pour cinq ans, c'est que ce n'est pas un traquenard! Même si nous devons repartir en Promotion la saison prochaine, je sais que le projet qu'il met sur pied tiendra la route...´

© Les Sports 2003