Football

Très bons sur le flanc gauche, Francis N’Ganga et Clément Tainmont ont retrouvé du temps de jeu après un été difficile

Entre envies de départ et mises à l’écart du groupe, l’été de Francis N’Ganga et Clément Tainmont a été agité. Jeudi soir, pour la première fois de la saison, les deux gauchers retrouvaient le groupe et une place de titulaire, pour affronter La Louvière. Et ils ont été convaincants.

“Cela fait du bien de rejouer”, avouait N’Ganga, à l’assist. “J’avais à coeur de faire un bon match après ce qui s’est dit sur moi ces dernières semaines. Je voulais prouver que je suis toujours là. Que Francis le guerrier ne lâche rien et qu’il a toujours faim.” Malgré la période difficile qu’il a vécue. “Je l’ai très mal vécue”, appuie le latéral carolo. “Si je ne me suis pas exprimé, il y a une raison. Durant les vacances, on m’a appelé pour me dire que je devais partir et cela a été compliqué. J’ai eu des contacts mais je suis finalement resté et j’ai prouvé que je respectais le club et que j’avais toujours faim. Je tiens à remercier ma famille et les supporters qui m’ont soutenu. Rassurez-vous, cette histoire ne laissera pas de traces.”

Clément Tainmont, qui avait clairement exprimé ses envies de départ durant le mercato, a lui aussi joué un bon match. “Je suis très content de rejouer avec une autre équipe que les Espoirs”, souriait ironiquement le Français. “Cela fait deux mois et demi que je n’ai plus été sélectionné dans le groupe et j’avais à coeur de prouver que j’étais toujours là. J’aurais voulu délivrer une passe décisive pour mon fils mais malheureusement la frappe de Chris Bedia a touché la barre. J’espère qu’il ne sera pas trop déçu (sourire).”

CT7 est ensuite revenu, à son tour, sur le mercato agité qu’il a vécu. “J’ai eu de la rancœur par le passé mais c’est désormais derrière moi. Je me dis que cela reste du football et j’essaie de vivre au jour le jour. J’ai été honnête, peut-être trop, en disant que je voyais peut-être mon avenir ailleurs. Mais si j’ai dit ça, j’avais mes raisons. Un départ n’a finalement pas eu lieu car les conditions n’étaient pas réunies. Je ne voulais pas être prêté avec option d’achat et donc c’était compliqué de partir. Si le coach m’a parlé dernièrement ? Non, il n’y a eu aucune communication. Mais j’ai lu qu’il appréciait ma mentalité. Tant mieux car je pense m’être comporté en professionnel, même quand je devais aller jouer avec les espoirs.

Il espérera, comme N’Ganga, réintégrer le groupe des pros dimanche, pour la réception de Bruges. “Mais je ne me projette pas dans le futur. Je vis au jour le jour.” Tout comme N’Ganga…

"Une petite catastrophe si Marinos est blessé”

 Quatre buts marqués, zéro encaissé et une qualification pour les huitièmes de finale, la soirée des Zèbres a presque été parfaite. Presque car Stergos Marinos, le seul arrière droit de formation dans le noyau de Felice Mazzù, est sorti blessé suite à un coup direct à la cheville.

“On verra ce vendredi comment sera sa cheville, expliquait Felice Mazzù. Si elle ne gonfle pas tant mieux, si elle gonfle, ce serait une petite catastrophe. Hendrickx et Zajkov sont des solutions en cas d’absence du Grec.”

Concernant le match face à La Louvière, le mentor carolo se montrait satisfait : “On a joué sérieusement. On aurait pu faire mieux, non pas dans les chiffres mais dans le contenu. Maintenant on a passé le tour et c’est le plus important. Je tire un bilan positif du comportement des joueurs qui ne sont pas des titulaires habituellement.”

Et le coach des Zèbres évoqua avant de quitter le stade le match suivant face à Mouscron : “Vive le foot wallon. Ce sera un match difficile, surtout en déplacement. On a gagné là-bas en championnat mais le score était forcé. Il faudra jouer une rencontre sérieuse pour rejoindre les quarts.”