Football

Eric Gerets veut ramener le titre au Vélodrome, avant de découvrir de nouveaux horizons ?

envoyé spécial en France Pascal Guerman

MARSEILLE Le successeur de Raymond Goethals dans le cœur de tous les Provençaux nous a reçus pendant plus de cinq heures. D'abord dans son bureau à la Commanderie, le centre d'entraînement de l'OM. Puis, chose exceptionnelle, il nous a ouvert les portes de la superbe bastide qu'il occupe dans la banlieue d'Aix-en-Provence.

Arrivé en septembre 2007 sur les bords de la Méditerranée, Eric Gerets y a acquis le statut de demi-dieu. Les Marseillais pourraient lui élever une... statue au soir du 30 mai et la visite de Rennes si, par bonheur, leur équipe favorite venait à s'emparer d'un titre qui les boude depuis 17 ans.

Qui plus est si cet éventuel sacre venait à être doublé sous la forme d'un succès en Coupe Uefa. "Courir deux lièvres à la fois risque de jouer en notre défaveur. Alors à tout prendre, je choisirais plutôt le titre en L1. Tout reste possible. Lyon reste notre plus dangereux adversaire."

Avec un calendrier qui prévoit un certain OM - OL à trois journées de la fin... "Très loin de moi l'idée d'oublier les autres candidats toujours bien présents dans la course (Bordeaux, Toulouse, le PSG ou encore Lille). C'est d'ail-leurs à ce niveau que réside la différence par rapport aux saisons précédentes où les Lyonnais dominaient de la tête et des épaules."

Contrairement à d'autres de ses collègues, le Lion de Rekem n'a pas peur de clamer : "Nous sommes très motivés à l'idée d'être sacrés. J'adore Laurent Blanc avec qui je m'entends très bien, mais je lui ai renvoyé aussi vite qu'elle m'était venue la pression qu'il voulait me mettre sur les épaules. Mais je casse la tête de mes joueurs depuis le début. On a les moyens de répondre aux attentes de nos exceptionnels supporters."

L'autre grand sujet d'actualité sur les terrasses du Vieux Port concerne l'avenir de Gerets qui a déclaré que cela pourrait vite se décanter. "Le dossier est compliqué, mais la porte reste ouverte. Je suis un aventurier qui a toujours envie de découvrir de nouveaux horizons. Robert-Louis Dreyfus ? Je ne l'ai vu qu'à trois reprises. Ses déclarations en janvier dernier m'ont surpris. Être obligé d'attendre la fin de saison et une éventuelle qualification pour la Ligue des Champions ne fait pas partie de mes plans. Pape Diouf est parfaitement au courant du déroulement des choses."

Un pronostic tout personnel ? L'entraîneur belge le mieux coté sur le marché pourrait bien refaire ses valises.



© La Dernière Heure 2009