Football Si l’Allemagne et la Suède l’emportent, il faudra sortir les calculettes.

Actuellement, le Mexique trône en tête avec 6 points (+ 2 à l’average) tandis que l’Allemagne et la Suède suivent avec chacune 3 points, et une différence de buts égale (0). Si la Suède venait à battre le Mexique par un but d’écart (1-0, 2-1, 3-2...), les deux équipes totaliseraient 6 points au compteur et une différence équivalente (+ 1). Mais si la Mannschaft l’emporte avec le même score que la Suède, les trois équipes se retrouveraient à égalité parfaite. En cas d’égalité, les équipes sont départagées selon la différence de buts générale, sur l’attaque puis sur les affrontements particuliers et, enfin, sur le plus grand nombre de points fair-play obtenus sur la base des cartons jaunes et rouges reçus lors des matches du groupe.

Et, à ce petit jeu du fair-play, les Allemands sont les moins bien lotis à cause de la carte rouge de Boateng. Mais si, après ces deux ultimes duels, les compteurs de cartes étaient à égalité, la Fifa devrait procéder à l’ultime recours pour départager deux ou trois équipes : le tirage au sort.

"Nous allons essayer d’éviter cela, assure Marco Reus. Nous devons finir ce que l’on a commencé et gagner le match contre la Corée. Gagner par plus d’un but serait l’idéal. Car ça serait compliqué de s’asseoir devant la télévision et de regarder le tirage au sort. Nous, en tant que joueurs, nous ne pouvons pas faire grand-chose contre ça."

En plus de tenter de se qualifier, l’Allemagne croisera les doigts pour ne pas tomber contre le Brésil en huitièmes de finale. Les Brésiliens, actuellement en tête du groupe E, rêvent évidemment de prendre leur revanche sur le désastre de 2014 (1-7).