Football Pep Guardiola a salué la valeur de Vincent Kompany, mettant aussi le doigt sur certaines limites pour la suite.

Le match nul sans saveur avec le Huddersfield plein de courage de Laurent Depoitre a vite été relégué au second plan (0-0). L’heure n’était pas au feu d’artifice pour Manchester City mais bien à la célébration de ce titre de champion. Le troisième pour Vincent Kompany, qui partage cette particularité avec Sergio Agüero et Yaya Touré.

De cette sainte trinité, seul l’Ivoirien était sur la feuille de match sans avoir l’opportunité de disputer son dernier match avec City à l’Etihad.

Comme Sergio Agüero, Vincent Kompany était en tribune. Comme l’Argentin, il en est redescendu en tenue de match pour brandir ce trophée, s’arrêtant au micro de Skysports pour profiter de ce sacre.

"C’est différent, forcément. La première année, à la 90e minute, nous avions besoin de marquer deux buts. Mais je suis ravi pour les joueurs", a-t-il lancé sous une douche de champagne avant d’insister sur le mérite de Pep Guardiola. "Il ne faut pas sous-estimer l’impact de l’entraîneur. L’équipe a une telle volonté d’apprendre. Nous avons eu beaucoup de joueurs qui ont été indisponibles cette saison et cela n’a pas eu d’impact sur le résultat final. Le mérite en revient au staff."

Le défenseur s’inclut forcément dans cette analyse globale. Lui qui lors des précédents sacres en 2011/12 et 2013/14 avait respectivement joué 31 et 28 matches n’a fait que 16 apparitions cette saison en Premier League. Forfait de dernière minute pour un problème au genou visiblement sans gravité la semaine passée à West Ham, son absence contre Huddersfield jette forcément un voile sur sa saison. À la différence notable que ses éclipses n’ont pas empêché son équipe de briller.

Cette intermittence interroge alors que la question de la prolongation de son contrat qui s’achève en juin 2019 va très vite s’inviter dans les discussions avec ses dirigeants.

"Nous verrons ce qui va arriver. C’est l’un des meilleurs défenseurs centraux que j’ai vus de ma vie. Par sa personnalité, sa capacité à gagner des duels", avait précisé avant la rencontre au sujet de son capitaine qui a 32 ans depuis le mois dernier Pep Guardiola qui a clairement identifié la problématique.

"Maintenant, nous avons le même sentiment que la saison dernière quand nous avons terminé sur 7 victoires de rang et qu’il avait joué chacun de ces matches. Nous pensions tous : ‘Vinny est de retour’ et ensuite il a commencé la saison avec tous ses problèmes. Espérons que cela n’arrivera pas la saison prochaine", a-t-il souligné. "S’il décide de prolonger, cela dépend forcément de sa condition physique. Je pense qu’il sera honnête avec lui en disant : ‘Je suis prêt à jouer’. Je pense que Manchester City ne le laissera pas tomber, mais… Quand vous jouez juste 8, 10 ou 12 matchs dans une saison, c’est peu. Cela dépend de lui mais je pense qu’il va mieux à ce niveau-là et espérons qu’il soit en bonne santé plus longtemps la saison prochaine parce que nous avons besoin de lui." Et de préférence ailleurs qu’à l’infirmerie…