Football

Ahmed Hassan, le meneur de jeu égyptien de Besiktas, est formel

ISTANBUL Le Sporting a-t-il le successeur de Zetterberg? On savait que l'une des pistes menait à l'Egyptien Ahmed Hassan, international égyptien actuellement à l'oeuvre à Besiktas. Le meneur de jeu, en fin de contrat dans le club stambouliote, a fait une sortie remarquée dans la presse turque, en affirmant qu'il pouvait prochainement s'engager avec le club bruxellois. «Je peux signer à Anderlecht, clame Ahmed Hassan. C'est le club qui m'a fait la meilleure offre, voilà pourquoi je veux y jouer: c'est un choix logique pour un footballeur professionnel.»

Selon Ahmed Hassan, les négociations sont déjà bien avancées. «Le club belge m'a offert un contrat et m'a invité à Bruxelles. Mais c'était impossible pour moi à cause du calendrier chargé avec Besiktas. J'ai donc envoyé mon agent pour pour qu'il négocie et qu'il m'en dise plus sur les infrastructures du club.»

«Un dernier détail financier»

Le manager du joueur a précisé qu'une décision sera prise d'ici le 3 mai, à savoir dans les huit prochains jours. «Il reste un dernier détail financier à régler mais si Anderlecht accepte mes conditions, il n'y aura plus aucun obstacle au transfert, poursuit Ahmed Hassan. Mais ma décision finale n'est pas encore prise, d'autres options peuvent encore s'ouvrir. À trente ans, c'est peut-être la dernière occasion dans ma carrière de réaliser un gros transfert et je veux être certain de faire le bon choix.»

Une prolongation de son contrat à Besiktas ne constitue plus une option. «J'aime jouer ici mais les dirigeants ne m'ont rien proposé et j'ai l'avantage d'être un joueur libre en fin de saison. Cela m'offre un énorme atout: je peux choisir où j'irai l'été prochain.»

Ahmed Hassan a été visionné par Fulham, Newcastle, le Werder Brême, Panatinaïkos et Marseille mais le club le plus intéressé après Anderlecht serait actuellement Blackburn. «L'Angleterre est mon rêve mais je reste ouvert. J'ai aussi une très bonne offre du Qatar mais je veux aussi tenir en compte l'aspect sportif et l'Europe reste ma préférence.»

Anderlecht n'est pas un nom inconnu pour le meneur de jeu égyptien. «Je sais que le Sporting est le club le plus fort en Belgique et qu'il dispute chaque année la Ligue des Champions. Les Bruxellois sont venus me voir à deux reprises, notamment le 9 avril lors de la rencontre contre Malatyaspor. J'avais joué dans l'axe puis sur chacune des ailes et j'avais inscrit un but. Cela a surpris les visionneurs belges et leur intérêt est devenu plus insistant depuis ce jour.»

Le Sporting dément

Du côté d'Anderlecht, Herman Van Holsbeeck a tenu à démentir l'information: «Hassan figure bien sur la liste des joueurs suivis mais c'est faux d'affirmer que nous lui avons offert un contrat.»

Alors, info ou intox de la part d'Ahmed Hassan? Tenir de tels propos pourrait servir à faire monter ses exigences vis-à-vis d'autres clubs, mais c'est tout de même une pratique risquée...

Les dirigeants mauves ont certainement déjà pesé les pour et les contre. Le joueur a déjà trente ans mais il est donc gratuit et il tient la forme de sa vie. Il est considéré comme le meilleur joueur étranger de sa formation et a été sous les feux des projecteurs lors de la dernière Coupe d'Afrique des Nations: il a été élu meilleur joueur du tournoi, inscrivant trois buts et participant largement à la victoire finale des Pharaons, malgré son penalty manqué en finale.

La semaine prochaine apportera plus d'éclaircissements dans le dossier Hassan. Anderlecht reste sur deux mauvaises expériences avec des joueurs égyptiens: en 2001, Mido avait signé un pré-contrat au Sporting avant de partir à l'Ajax. Tarek El Sayed avait bel et bien porté la vareuse mauve mais ne réussit jamais à s'imposer. Le troisième Pharaon sera-t-il le bon?

© Les Sports 2006