Football

Le nombre d'incidents survenus à l'occasion de matchs de football a légèrement baissé l'année dernière en Belgique tandis que le nombre de sanctions a augmenté, selon les statistiques de la Cellule Football du Service public fédéral (SPF) Intérieur.

Cette évolution s'explique par certains cas d'incidents en groupe et par une verbalisation stricte de l'utilisation d'objets pyrotechniques (feux d'artifice ou pétards entre autres). Lors d'incidents impliquant des supporters et violant la loi football, la police dresse un procès-verbal et la Cellule Football inflige ensuite des sanctions. La cellule a reçu 1.244 PV en 2016, soit une légère diminution par rapport à 2015 (1.478). Le nombre de procès-verbaux était en hausse depuis 2012.

Ces PV concernent le comportement de supporters lors de matchs internationaux se déroulant en Belgique, dans les divisions professionnelles 1A et 1B ainsi que les ligues amateur 1, 2 et 3.

Malgré la diminution du nombre de procès-verbaux, la Cellule a enregistré une hausse des sanctions. L'année dernière, 11.379 mois d'interdiction de stade ont été prononcés, contre 9.634 mois cumulés en 2015. La cellule a également infligé 574.725 euros d'amendes, contre 495.425 euros en 2015.

Les incidents en groupe lors des matchs Anvers-Eupen (30 avril) et Standard-Club Bruges (finale de coupe le 20 mars) ont largement contribué à la hausse des sanctions. Les événements survenus durant ces deux parties ont mené à 182 PV, 2.383 mois d'interdiction de stade et 109.250 euros d'amendes.

La Cellule Football souligne que la tolérance zéro est toujours appliquée depuis la mise en œuvre de la loi football afin de lutter contre le sentiment d'impunité. "Nous plaidons également pour que les services de police continuent à verbaliser strictement les infractions à la loi football", indique-t-elle.

La cellule dénombre 803 interdictions de stade toujours en cours, une statistique similaire à la même période l'année dernière (822). La grande majorité (95%) a été infligée par la Cellule Football, tandis que les autres ont été décidées par les autorités judiciaires ou les instances du football. Sur toute l'année 2016, 1.218 interdictions de stade ont été prononcées.

Les supporters peuvent toutefois faire appel pour contester leur sanction. Leur nombre a oscillé entre 7 et 8% ces dernières années, selon la Cellule Football.

L'année dernière, la cellule a également contrôlé la conformité aux exigences de sécurité dans les clubs de première (1A) et deuxième (1B) divisions. Au total, 64 contrôles ont été menés, dont 30 visites consultatives sans procès-verbal. Lors des 34 autres contrôles, un PV a été dressé dans 90% des cas pour un total de 168.250 euros d'amendes. Les clubs ont notamment été sanctionnés en raison d'obstacles présents dans les voies d'évacuation ou de portes de secours fermées.