Football Le sélectionneur allemand ne devrait pas honorer son contrat qui a été renouvelé juste avant le Mondial

Avant le Mondial, Joachim Löw a reçu le renouvellement de la confiance de sa fédération avec un contrat jusqu’en 2022. "Parce que nous pensons que personne mieux que lui ne peut gérer la reconstruction qui sera indispensable après le Mondial quoi qu’il arrive", expliquait Reinhard Grindel, le président de la fédération allemande. Une confiance qu’il n’a pas pu rendre à son pays.

Joachim Löw occupe son poste de sélectionneur depuis août 2006. Seul Oscar Tabarez (mars 2006), le coach de l’Uruguay, possède actuellement une aussi grande longévité.

Restera-t-il en poste malgré l’élimination ? Même si la Fédération allemande répond par la positive, ce scénario serait étonnant. Une démission semble beaucoup plus probable. "Il est trop tôt pour que je puisse répondre à cette question, a-t-il réagi après la rencontre. Nous avons besoin de plusieurs heures afin de voir les choses clairement. La déception est profonde; je ne pouvais pas imaginer que nous serions éliminés contre la Corée du Sud."

Le sélectionneur devrait annoncer sa décision ce jeudi ou dans les prochains jours. "Il faut que je dorme dessus, car après ce match je suis extrêmement frustré", a ajouté celui qui avait emmené la Mannschaft une fois en demi-finale de la Coupe du Monde (2010), deux fois en demi-finale de l’Euro (2012 et 2016), qui a atteint la finale de l’Euro 2008 et qui a surtout offert une quatrième étoile sur la vareuse allemande en 2014.

C’est une page de l’histoire du football allemand qui va se tourner. "L’équipe a perdu plus qu’un match, beaucoup de ce que nous avions construit depuis des années. Depuis 2006, nous étions toujours dans le dernier carré, ou en finale. Je suis le premier à m’interroger sur les choses qui n’ont pas fonctionné. Bien sûr c’est de ma responsabilité", a conclu Joachim Löw.

S. Ha.