Kaklamanos: “Il faut jouer en fonction de ses qualités”

Fabrice Melchior Publié le - Mis à jour le

Football

Kaklamanos défend le style défensif des Hellènes : “Seul le résultat compte…”

VARSOVIE Alexandros Kaklamanos est sans doute l’un des Grecs les plus célèbres en Belgique. Il faut dire que l’attaquant de 38 ans, depuis le 20 mai, a bien roulé sa bosse dans nos contrées : Charleroi, La Gantoise et le Standard. Sans oublier un passage moins réussi du côté de l’Union Saint-Gilloise. Depuis dimanche dernier, le colosse de Rhodes est de retour en Grèce. Pour vivre la fièvre de l’Euro, évidemment. Mais aussi pour trouver un nouveau port d’attache. Car Kaklamanos ne compte pas encore remiser ses crampons au vestiaire… “Je suis effectivement en discussion avec un club de division 2, ici, mais je préfère ne rien dire tant que ce n’est pas signé” , nous a-t-il raconté depuis la Grèce.

La fièvre monte chez Hellènes. Pour le moment, c’est le ballon rond qui déclenche les passions. Comme en 2004. “Je vais certainement regarder la rencontre contre l’Allemagne. Je ne sais pas encore dans quel cadre ou avec qui. Sûrement à la maison. Malheureusement, Karagounis sera absent. Il a beaucoup d’expérience et en fait profiter ses équipiers, mais Fernando Santos trouvera la bonne personne pour le remplacer, qui fera bien son travail…”

L’ancien attaquant du Standard se montre optimiste : “Cette rencontre, je la sens bien. Je crois énormément en une issue positive pour mes couleurs. Vous savez, dans un match de football, tout est possible. Même si l’adversaire de ce vendredi se nomme l’Allemagne et qu’il possède en son sein de grands noms du ballon rond...”

Kaklamanos ne renie pas le style de jeu qui a fait le succès de la Grèce. “Lors des deux premiers matches de cet Euro, on peut voir que le nouveau sélectionneur, Fernando Santos, a tenté d’imposer un nouveau système à l’équipe. Nous possédions souvent le cuir, mais cela ne nous a pas souri. Nous n’avions tout simplement pas les qualités pour cela.”

Et lors du dernier match de poule, la Grèce est revenue à ses fondamentaux défensifs. Résultat des courses : victoire face aux Russes sur un score Arsenal . “On a joué de manière plus défensive. En foot, il ne faut pas se voir plus beau qu’on ne l’est. Les Grecs doivent donc jouer de manière défensive. Il faut se rendre compte de ses qualités et appliquer un système en fonction de ces qualités. C’est aussi simple que cela.”

Et puis finalement, peu importe la manière dont ils ont joué : les Grecs sont champions d’Europe 2004 et disputent les quarts de finale. “Seul le résultat compte . (sourires) Nous conserverons pour toujours le titre acquis en 2004 au Portugal...”

De manière générale, Kaklamanos regarde le plus possible de rencontres de cet Euro . “Je le trouve très intéressant. Il y a beaucoup de très bonnes équipes qui se retrouvent dehors. Je pense aux Pays-Bas mais aussi à la Russie. Moi, j’ai bien apprécié la Suède, dans son jeu et la mentalité affichée par ses joueurs. Bien qu’éliminés, ils ont surmonté cela pour s’offrir une sortie avec une victoire en poche.”

Kaklamanos ne parvient pas à jouer à Paul le Poulpe : “Qui sera champion ? Sans répondre la Grèce ? C’est difficile à dire… Il y a de grands noms en piste, comme l’Allemagne et l’Espagne. Mais je ne vois pas de favori qui se dégage…”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner