L'Allemagne "bis" se noie en Suisse 5-3

Publié le - Mis à jour le

Football

La paire Barnetta-Derdiyok a notamment joué une partition remarquable pour les Helvètes


BALE L'Allemagne, privée de ses huit internationaux du Bayern Munich, s'est complètement noyée face à la Suisse samedi à Bâle, battue 5 à 3 lors d'une défaite qui a mis en lumière d'énormes carences défensives à deux semaines de l'Euro-2012 dont elle est l'une des favorites.
Les Munichois devaient rejoindre leurs coéquipiers dans la soirée de samedi après avoir obtenu quelques jours de repos suite à leur défaite en finale de la Ligue des champions contre Chelsea.

Le sélectionneur allemand Joachim Löw sera certainement très heureux de voir ces renforts arriver puisque sans eux la Mannschaft a fait très pâle figure, humiliée par une équipe de Suisse même pas qualifiée pour l'Euro.
L'Allemagne avait remporté ses 10 matches de qualification, mais elle reste maintenant sur deux défaites en amical (1-2 contre la France en février, et cet embarrassant 3-5 contre la Suisse) avant son dernier match de préparation face à Israël le 31 mai.

La défense allemande a notamment compilé une belle série d'erreurs grossières. Elle a été inexistante sur coups de pied arrêtés et le pauvre gardien Ter Stegen, pas brillant mais souvent abandonné, se souviendra avec amertume de sa première sélection.

De son côté la Suisse, qui avait fini 3e de son groupe de qualifications remporté par l'Angleterre, s'est offert une victoire de prestige, elle qui n'avait plus battu l'Allemagne depuis... 1956.
La paire Barnetta-Derdiyok a notamment joué une partition remarquable pour les Helvètes, Barnetta offrant trois passes décisives au buteur du Bayer Leverkusen (21, 23, 50).

Hummels avait réduit la marque juste avant la pause (2-1, 45), et Schürrle faisait de même après une grosse faute de main de Benaglio (3-2, 64), mais l'arrière-garde allemande était toujours aussi à la peine et Lichtsteiner redonnait de l'air à la Suisse (4-2, 67).

Reus permettait à l'Allemagne de rester au contact (4-3, 72) mais Mehmedi concluait la marque après une combinaison sur coup-franc qui aura une nouvelle fois laissé la défense de la Mannschaft complètement apathique (5-3, 76).
Une tête de Fernandes sur le poteau faisait vibrer une dernière fois le public d'un Parc Saint-Jacques qui n'en croyait pas ses yeux (88) alors que l'Allemagne semblait avoir renoncé depuis un moment à produire plus d'efforts.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner