Football Le parquet de Namur a requis 12 mois de prison vendredi à l'encontre d'Hervé Kage, footballeur du KV Courtrai, pour trafic de fausses fiches de paie dans le but d'obtenir des crédits dans des grandes surfaces.

Trois autres personnes sont poursuivies pour les mêmes chefs dont Laetitia D., son amante de l'époque. Les faits remontent à 2012. Laetitia D., Hervé Kage et leur complice Yassin V., se sont rendus en 2012 dans plusieurs grandes surfaces afin d'acheter divers objets grâce à des prêts obtenus sur la base de fausses fiches de paie. Le cas du quatrième complice, Christophe V., n'a pas été abordé durant l'audience du tribunal correctionnel de Namur.

C'est Laetitia D. qui s'est rendue à la police pour raconter la manœuvre. Selon elle, Hervé Kage et son complice Yassine V. l'avaient recrutée pour monter l'escroquerie. Si le footballeur reconnait avoir accompagné en voiture Laetita D. pour aller dans les magasins, il nie être à l'origine du trafic tout comme la défense de Yassine V. "Yassine V. a donné des conseils à Laetitia D. pour monter l'escroquerie comme n'importe quel quidam aurait pu le faire", a dit son avocate Sophie Somers.

Aucun des prévenus n'était présent à l'audience.

"Hervé Kage, mon client, gagne bien sa vie. Il ne mettrait pas en péril sa carrière pour quelques centaines d'euros. Il était complice, mais pas auteur de l'escroquerie", a dit au tribunal son avocate.

Une partie de l'argent a été retrouvée sur un compte appartenant au footballeur, mais la défense de ce dernier a expliqué qu'il ne gérait pas lui-même ses finances et que quelqu'un d'autre avait pu faire ce virement à sa place. La défense d'Hervé Kage demande l'acquittement au bénéfice du doute et à titre subsidiaire une suspension du prononcé ou une peine de travail.

Pour Yassine V., la défense a aussi demandé l'acquittement, car il n'a rien perçu du trafic.

Mais le substitut du procureur du Roi de Namur a requis 12 mois de prison ferme pour les deux hommes et le sursis pour Laetitia. Pour Yassine V. comme pour Hervé Kage, le parquet ne s'oppose toutefois pas à un sursis ou une peine de travail.

Le jugement sera prononcé le 22 décembre prochain.