Football

Le gardien français a d'ores et déjà marqué son retour de son empreinte

CHARLEROI Trois victoires, une défaite et un nul, dix points. Avec exactement le même capital que l'an passé après cinq journées de championnat (si ce n'est un average légèrement plus favorable, 8-4 contre 7-5, mais qui n'entre pas en ligne de compte dans notre compétition), voilà donc le Sporting hennuyer replacé au classement... où il talonne les habituels forts en tête comme ce fut le cas tout au long de la saison précédente !


LE CHOC DU W-E EN IMAGES!

De quoi renforcer les convictions d'Abbas Bayat, tandis que, cette fois, les Zèbres peuvent compter sur un atout majeur qui venait de leur échapper il y a exactement douze mois, donc à pareille époque. Car on ne soulignera jamais assez l'importance que recèle le retour de Bertrand Laquait dans les buts, qui fut tout simplement déterminant dans les trois succès d'affilée que vient de remporter sont équipe. Le gardien vichyssois a préservé le score vierge lors du match Charleroi-Malines avant le dénouement que l'on sait et le but de Joseph Akpala tombé du ciel, ou plutôt venu des pieds de l'infortuné Milos Adamovic. Il a stoppé le penalty botté par Peter Delorge à Saint-Trond avec pour effet la prise en main de la situation par les Carolos . Et ce dernier vendredi, il a empêché François Zoko ainsi que Wilfried Dalmat de donner l'avantage à Mons en début de chaque mi-temps.

Mais l'homme n'est pas de ceux qui tirent la couverture : "Je ne prétendrai pas que nous avons fourni un grand match mais mes équipiers se sont imposés grâce à l'un ou l'autre exploit individuel. Leur mérite n'est pas mince car il ne faut pas oublier que les Dragons nous ont mis en difficulté. Et que l'on ne vienne pas nous dire que nos adversaires sont en manque de confiance ou bien rendus fébriles par leur manque de points. Je n'ai rien décelé de cela. Tout simplement, l'Albert n'est pas à sa place comme cela arrive souvent en football."

Les Zèbres semblent surtout avoir fait preuve de caractère, une valeur qui leur servira dans l'optique de leurs ambitions. Bertrand Laquait a son idée sur la question : "Nous avons été naïfs sur l'égalisation quand les Montois ont fait fi du fait que Grégory Christ était à terre et n'ont pas suivi notre exemple puisque nous avions préalablement mis le ballon dehors en pareille circonstance. Nous devrons nous en souvenir à l'avenir. Toujours est-il que s'il se produisit un petit flottement à la reprise, nous nous sommes ressaisis. Parce que ce fait de jeu survenu juste avant le repos a boosté mes équipiers."

De quoi traverser la trêve en toute tranquillité.



© La Dernière Heure 2007