Football

Empêcher les clubs de dépenser sans compter pour s'offrir les meilleurs joueurs du monde: c'est l'objectif de l'UEFA, qui entend limiter dès la saison prochaine la différence entre achats et dépenses de joueurs à -100 millions d'euros sur une saison, selon des informations du quotidien Le Parisien samedi soir.

Le journal français a eu vent d'un projet de réforme baptisé "fair-play financier 2.0" de la part de l'UEFA, visant à réguler davantage le marché des transferts à compter de la saison prochaine. Selon Le Parisien, la mesure phare consiste à conditionner les dépenses des clubs sur le marché des transferts à leurs recettes dans le même domaine.

Concrètement, le PSG ne serait, par exemple, plus autorisé à dépenser 420 millions d'euros sur le marché des transferts (comme il l'a fait cet été pour attirer Neymar, Kylian Mbappé et Yuri Berchiche), qu'à la condition de vendre pour au moins 320 millions d'euros de joueurs pendant la même saison.

Ces révélations interviennent au lendemain d'une interview du président de l'UEFA Aleksander Ceferin dans la presse suisse, annonçant notamment une "taxe de luxe" sanctionnant "un club qui dépense plus qu'il ne doit". L'objectif étant, selon M. Ceferin, de préserver "l'équilibre concurrentiel entre les équipes".

Autres mesures envisagées, un encadrement de l'endettement des clubs et une limitation des effectifs à 25 joueurs professionnels. Ce, afin d'empêcher les clubs riches comme Chelsea ou Manchester City de faire signer des dizaines de joueurs professionnels pour en priver la concurrence, quitte à les prêter ensuite un peu partout en Europe.

"Les clubs les plus riches peuvent acheter tout le monde, ce qui affaiblit les autres équipes. Nous allons soit décider de limiter le nombre de prêts, soit les interdire. Et puis il y a l'aberration du nombre de joueurs sous contrat. Par exemple, un club italien en a 103 ! Là aussi nous pouvons fixer des limites", avait plaidé sur ce point le président de l'UEFA dans les colonnes de La Tribune de Genève et de 24 Heures.

Le projet "doit être voté le 24 mai lors d'une réunion du Comité exécutif de l'UEFA et appliqué dès la saison prochaine", écrit encore Le Parisien, selon qui des réunions sur le sujet sont prévues lundi du côté de l'ECA, le syndicat des clubs européens, et mardi dans le cadre du conseil stratégique du football professionnel, qui rassemble les acteurs du ballon rond.