Football

Le cycle 2012-2015 des Coupes européennes prend fin au terme de la saison. Michael Verschueren, vice-président de la commission finance de l’AEC (european club association) a présenté la nouvelle distribution financière.

L’AEC et lui ont mis un point d’honneur à travailler pour les clubs n’émargeant pas au top absolu. "Le but était de créer un nouveau modèle de distribution financière qui partagerait mieux la manne financière entre la Ligue des Champions et l’ Europa League ."

Trop souvent boudée par les clubs, l’Europa League va devenir plus intéressante au niveau financier. En plus d’un regroupement des primes de compétitions, les montant alloués à la Ligue Europa et à la Ligue des Champions vont augmenter. "Les primes vont croître de manière plus égale. Les bonus alloués à la C1 seront 3,3 fois (au lieu de 4,3 auparavant) supérieurs à ceux de l’ Europa League ."

Cela signifie que (sans compter le market pool qui augmente considérablement), les clubs participant aux poules de la Ligue des Champions ou de l’Europa League touchent près de 50 % de prime en plus. "Les primes pour les équipes éliminées en phase qualificative vont également augmenter. Une prime spéciale sera établie pour les équipes participant au dernier tour qualificatif de la C1 . Les gagnants auront un bonus de 2,4 millions contre 3 pour les perdants. Ces derniers recevront également 10 % du market pool de leur pays. Ils couvriront ainsi une partie de leurs investissements." Une excellente nouvelle pour celui qui terminera second en Pro League.

Autre bonne nouvelle pour la Belgique : en dépassant les Pays-Bas au ranking Uefa en fin d’année, elle verra son dernier qualifié européen être directement au 4e tour de qualification au lieu du premier.

Des primes de clubs triplées à la CdM

Michael Vershueren a évoqué trois autres dossiers de l’AEC.

"À partir de mai 2015, la tierce propriété (TPO) est bannie. La vente d’un joueur se fait entre clubs. Un manager peut toucher sa commission, mais il ne peut posséder une partie de son contrat. Il en va de même pour les joueurs qui ont acheté une partie de leurs droits."

"Un planning a été établi pour la diminution des achats non fair-trade, mais il pourrait être plus étalé vu certains paramètres économiques. Le total de pertes opérationnelles pourrait donc rester bloqué à 45 millions et non à 30 durant quelques années. Des règles spéciales pourraient entrer en vigueur pour les clubs voulant se relancer sans enfreindre les règles du fair-play financier."

"La manne financière totale de compensation des clubs pour l’envoi de leur joueur à la Coupe du Monde (calculé par joueur et par jour) sera multipliée par 3 en 2018 et en 2022 pour un total de 209 millions. Pour l’ Euro , le bonus sera de 150 (2016) et 200 millions (2020)."

R. V.P.