Football

La Fifa a pris le contrôle de la Fédération uruguayenne de football (AUF), en plein chaos après la démission inattendue de son président fin juillet.

L’instance internationale a mis en place un "comité de régularisation" qui doit remettre de l’ordre. Son mandat s’achèvera le 28 février 2019 et, d’ici là, ce comité en "révisera les statuts" et organisera de nouvelles élections, selon un courrier de la Fifa diffusé par la presse locale. La Fédération uruguayenne est en plein marasme depuis la démission le 30 juillet de Wilmar Valdez, président de l’AUF qui était favori pour un nouveau mandat lors de l’élection prévue le lendemain.

Cette démission soudaine est intervenue peu après la diffusion d’enregistrements qui mettraient en difficulté M. Valdez. Si le contenu de ces enregistrements n’est pas encore connu, des médias spécialisés évoquent des propos visant des dirigeants sportifs, un membre du gouvernement, des journalistes sportifs et des supporters.

Voici le communiqué rédigé par les joueurs

En ce qui concerne la communication faite par la FIFA et Conmebol le 21 août 2018, adoptant la décision de nommer avec effet immédiat un comité de régularisation de l'AUF, les joueurs de l'équipe nationale veulent déclarer ce qui suit:

1) Nous soutenons expressément cette mesure revendiquée pendant des années par la majorité du football uruguayen qui vise à établir définitivement les principes de transparence, de démocratie et de pluralité dans les AUF.

2) L'AUF et ses membres actuels ont, à plusieurs reprises, refusé de présenter les réformes nécessaires exigées par la FIFA et Conmebol et qui sont prévus par la justice, par lesquelles nous avons une voix et votons tous les domaines du football uruguayen.

3) Il est également nécessaire et essentiel de revoir la politique de sous-traitance des actifs de l’AUF, afin de déterminer si, au cours des vingt dernières années, il ya eu des intérêts illicites ou des affaires de corruption dans la gestation desdits contrats.

4 ) Il est temps que le football en Uruguay soit gouverné avec la volonté de tous les acteurs qui le composent, et ne soit pas soumis à des pressions extérieures qui obéissent aux intérêts de tiers.

Pour tout ce qui précède, nous réitérons notre soutien à la mesure adoptée par la FIFA et Conmebol, et nous exprimons notre sincère volonté de collaborer pour atteindre ces objectifs.