Football

"Plus de 2.700 tests de dopage" ont été menés depuis le début de la Coupe du Monde de football en Russie et "il n'y a pas eu de violation de la législation antidopage à ce stade", a affirmé la FIFA vendredi à Moscou lors d'une conférence de presse de bilan de mi-Mondial.

"Chaque joueur participant a fait l'objet au moins une fois d'un test, parfois plus", a expliqué le responsable de l'organisation des tournois et des évènements à la FIFA Colin Smith.

"Il y a également un contrôle sur un minimum de quatre joueurs pour chaque match, les échantillons sont ensuite envoyés dans un laboratoire en Suisse et il n'y a pas eu de violation du code antidopage à ce stade", a-t-il ajouté, évoquant "un programme très complet".

"Nous sommes satisfaits du processus qui se déroule comme prévu", a-t-il assuré.

Interrogé sur les performances de la sélection russe, celle qui a couru le plus sur les deux premiers matchs de poules quelques années après les révélations sur un vaste système de dopage en Russie, le président du comité local d'organisation Alexeï Sorokine a répondu: "nous avons confiance en eux, en l'équipe russe, ils sont passés en huitièmes et ont été testés à plusieurs reprises".

"Nous sommes ravis que notre équipe soit arrivée en huitièmes, ce n'est pas une surprise parce que ça fait des mois qu'ils s'y préparent et cette équipe russe est extrêmement motivée", a-t-il encore déclaré.