Football Un sérieux atout : l’Espagne est passée maître dans la chasse aux streams illégaux...

À défaut de ne pouvoir que fantasmer sur de très hypothétiques Barça-Standard ou Anderlecht-Real Madrid, ne vous en déplaise : il existe, depuis quelques heures, un partenariat entre notre Pro League et la prestigieuse... Liga espagnole.

Le but du deal ? Profiter de l’expertise que LaLiga s’est construite, depuis plusieurs années déjà, en matière de lutte contre le piratage et de protection des droits audiovisuels de ses retransmissions. Et donc, in fine, rendre de plus en plus compliqué pour l’internaute peu scrupuleux le fait de regarder illégalement, sur le Net, les matches de notre Jupiler League.

Résumé en quelques chiffres, le travail de la ligue espagnole, ce sont 268.000 vidéos supprimées sur les réseaux sociaux, 140 applications et 9.000 comptes frauduleux bloqués, 500 URL qui partageaient des liens violant les droits audiovisuels de LaLiga mis down, et pas moins de 10.000 serveurs mis hors-ligne à cause de leurs activités card sharing illégales.

Concrètement, pour la Pro League, LaLiga sera responsable de la création d’une unité de recherche spécifique visant à identifier les images illégales de la Jupiler Pro League sur Internet. Active jusqu’à la fin de la saison, cette cellule est amenée à être reconduite : une option pour la saison prochaine a déjà été convenue.

Dans le même temps, la Pro League a également conclu un accord avec Google pour pouvoir utiliser l’application YouTube’s Content ID, une technologie proposée par Google aux détenteurs de droits pour signaler et faire supprimer plus facilement les vidéos illégales sur la plateforme. LaLiga utilisera également l’outil Facebook’s Rights Manager qui, de façon similaire, permet l’identification et le blocage automatique des images illégales.

Pierre François, CEO de la Pro League : "L’intérêt suscité par la Jupiler Pro League est plus important que jamais. Cette coopération unique avec LaLiga traduit notre détermination à nous attaquer à la problématique du piratage. En nuisant à notre produit, le piratage nuit également à notre ligue, à nos clubs et à notre sport ."