Football Neymar veut passer un palier dans cette Coupe du Monde mais son attitude et ses prestations divisent l’opinion.

Neymar a un statut de star mondiale. À ce titre, il est sujet à toutes les discussions. Ses prestations, son attitude, ses coupes de cheveux : tout est passé au peigne fin. Si une rencontre pouvait résumer sa jeune carrière, ce serait ce Brésil-Costa Rica.

Tout d’abord, il y a sa performance, décriée sur les réseaux sociaux par ses propres compatriotes. Au choix sur la Toile : "Il n’est pas le patron", ou encore : "Il ne joue que pour lui, il doit laisser le ballon à Coutinho." Tel Messi, Neymar n’est pas prophète en son pays, mais il peut compter sur un soutien de choix : son sélectionneur, Tite. "Neymar n’a pas été bon ? Il a sans arrêt deux hommes sur lui, et regardez le nombre de fautes qui sont commises sur lui. Il y a d’ailleurs cette histoire de penalty refusé."

Le sélectionneur brésilien voit juste en parlant de cette phase. Frôlé par son défenseur, le numéro 10 des Auriverde s’est écroulé dans la surface. M. Kuiper avait sifflé penalty avant d’aller consulter les images et de changer sa décision. Dépité, NeyVAR (comme il est désormais surnommé sur Twitter), prendra un carton jaune de frustration quelques minutes plus tard. "En tant que supporter, je trouve qu’il y a faute", estime Tite en conférence de presse. "Il y a le bras qui l’empêche de passer. Je ne vois pas pourquoi on ne sifflerait pas."

Mais une fois la frustration passée et un but marqué, la star du PSG est alors devenu aux yeux de certains un personnage irritant.

Si certains s’extasient devant son dribble fantastique en fin de rencontre, d’autres le trouvent irrespectueux, et l’accusent de ne faire ce genre de choses qu’une fois son équipe aux commandes, pour énerver l’adversaire. La vraie question est de savoir si les supporters vont au stade pour voir ce genre de geste ou pour admirer un tacle appuyé ? Chacun se fera sa propre opinion.

Pour terminer cette rencontre, il y a une image forte. Seul, à genoux, Neymar s’effondre et fond en larmes. Si la Coupe du Monde 2014 s’était terminée par les larmes de la honte dans les yeux de Thiago Silva, ici certains annoncent des larmes de crocodile.

Neymar s’en est expliqué sur son compte Instagram : "Ceux qui sont passés par où je suis passé savent pourquoi je pleure. Les joies de la victoire… rien n’a jamais été facile dans ma vie mais le rêve continue. Pas le rêve… mais l’objectif."

Le Brésilien a beaucoup travaillé pour revenir de blessure, pour porter et aider son pays, et il a fait des sacrifices. Il a donc relâché la pression après cette victoire, et c’est ce but libérateur qui a éliminé beaucoup de frustrations.

Neymar est un joueur qui est seul au monde, certainement le meilleur si on suit ses déclarations : "Je suis le meilleur du monde, car Messi et Ronaldo sont d’une autre planète."