Le Beerschot, Charleroi et neuf autres clubs de D2 interdits de transfert

Publié le - Mis à jour le

Football

Le Beerschot connaît des soucis financiers


BRUXELLES Le club de football de division 1 du Beerschot s'est vu imposer une interdiction temporaire de transferts par l'Union belge de football (URBSFA), annonce le club anversois sur son site.

"Lors du contrôle intermédiaire de la Commission des licences, nous avons demandé un report afin de pouvoir réunir tous les paramètres nécessaires à l'obtention de la licence. L'interdiction de transfert en est la conséquence."
"Nous étions parfaitement conscients des effets possibles et nous soulignons qu'il ne s'agit que d'un réexamen intermédiaire au sein d'un projet d'assainissement entamé il y a six mois."

"Les lauriers ne sont attribués qu'une fois la ligne d'arrivée franchie", déclare le président Patrick Vanoppen. "Ce n'est qu'en mars que nous devons disposer de toutes les conditions afin d'obtenir la licence. Nous sommes confiants. Nous allons y arriver comme nous l'avons calculé quand nous avons lancé le projet de redressement. Le club va continuer à travailler dans le calme et la sérénité à ce projet de redressement. Il n'y aura aucun commentaire au sujet de cette interdiction de transfert."

Le Beerschot connaît des soucis financiers. Avec la reprise du club par l'agent immobilier louvaniste Vanoppen, il est apparu clairement que le budget du Beerschot était serré, que sa dette restait conséquente et que les résultats d'exploitation restaient déficitaires.


Dix clubs de Division 2 également interdits de transferts

La Commission des licences de l'Union belge a imposé une interdiction de transferts à dix clubs de division 2, mercredi. C'est ce qu'elle a annoncé dans un communiqué. Outre le Beerschot, seul pensionnaire de l'élite concerné par cette mesure, les dix clubs de Division 2, qui ne répondent pas aux conditions d'octroi de la licence qui a entraîné cette interdiction, sont: Boussu Dour, Brussels, Charleroi, Dender, Alost, Eupen, Ostende, Roulers, Tubize et Wetteren.

Pierre-Yves Hendrickx (Charleroi) a réagi à cette décision : "aucun commentaire puisque Mr Bayat m'a dessaisi du dossier début du mois... je rappellerai simplement que je me suis occupé de ce type de contrôle depuis leur création il y a au moins 5 ans et que jamais cela ne s'était produit pour le RCSC".

© La Dernière Heure 2011

Publicité clickBoxBanner