Football Favori au début du tournoi, le Brésil est ressorti très fragilisé de son nul contre la Suisse.

Et si le Brésil ne se qualifiait pas pour le second tour de la Coupe du Monde ? Même si la question paraît comme cela un peu saugrenue, elle a le mérite d’être posée. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois dans l’histoire de la Seleçao . En 1930 (dans une poule de 3) et en 1934 (il n’y avait pas de groupes, le Brésil avait été éliminé par l’Espagne au premier tour), les Auriverde s’étaient pris les pieds dans le tapis d’entrée de jeu.

En 1966, dans une poule composée de la Bulgarie, du Portugal et de la Hongrie, c’était aussi l’élimination au bout du chemin avec une seule victoire dans la poche et ce, malgré un Pelé au sommet de son art.

Le nul d’entrée concédé face à la Suisse a plongé tout le monde dans le doute au pays. Mais c’est surtout la prestation en demi-teinte de la star Neymar qui pose question. Performant pendant vingt minutes, il a ensuite disparu de la circulation, il est vrai, matraqué par les défenseurs helvètes qui avaient pris la décision de le sortir du match. Les heures qui ont suivi cette rencontre n’ont pas du tout aidé les supporters brésiliens à avaler la pilule. Neymar, encore lui, s’est écroulé en hurlant à l’entraînement et il boitait bien bas lors de sa sortie de la pelouse. De quoi faire trembler tout un pays. Beaucoup affirment d’ailleurs dans la presse du pays que la star parisienne serait arrivée en Russie en n’étant pas complètement rétablie.

Il n’en fallait pas plus pour que tout devienne noir ou presque. D’un coup, Neymar n’a pas le niveau nécessaire pour emmener son groupe vers le titre suprême, Tite n’est pas un entraîneur moderne, la défense du Brésil est à la rue, Dani Alvès manque à l’équipe, et tout le monde se met à reparler du désastreux résultat d’il y a quatre ans contre l’Allemagne. Il est clair qu’une défaite 7-1 à domicile en demi-finale de Coupe du Monde n’est pas un résultat anodin qui s’oublie si facilement.

Le plus dur va donc commencer pour les coéquipiers de Fimino et de Coutinho : sous pression, il leur faudra remporter les deux dernières rencontres face au Costa Rica (quart de finaliste de la dernière Coupe du Monde) mais surtout la Serbie qui pourrait aussi jouer sa qualification lors de cette troisième et dernière journée. Et cela ne sera pas une partie de plaisir.

"Tite devra modifier ses plans si cela ne fonctionne pas"

Au Brésil, les anciens joueurs comme Rivaldo sont assez critiques.

Le football est une religion au Brésil, donc tout le monde a son avis sur la première rencontre des quintuples vainqueurs de l’épreuve. Ancien Ballon d’Or et champion du monde, Rivaldo est un spectateur attentif et a son avis sur cette première prestation : "Je savais que la première rencontre serait compliquée et je ne me suis pas trompé. Le Brésil était stressé, les Suisses n’avaient rien à perdre. Mais au-delà de ce paramètre, il y a des choses qui doivent changer. Tout d’abord, dans ce genre de rencontre, nous n’avons pas besoin de jouer avec deux médians défensifs, un seul est suffisant. Ensuite, Neymar doit montrer beaucoup plus sur toute la rencontre. Mais ses coéquipiers doivent l’aider aussi. C’est le même problème que Messi avec l’Argentine : il ne peut pas faire tout tout seul."

Au niveau des critiques, Tite en prend aussi pour son grade: "Enfin, j’ai beaucoup de respect pour Tite, qui a su remobiliser tout le monde et qui a su qualifier l’équipe assez facilement, mais il va tout de même devoir se remettre en question à un moment donné. Il a voulu revenir à un système qui fonctionnait dans les années 90, avec deux médians défensifs, mais nous sommes vingt ans plus tard. Si à la mi-temps du match contre le Costa Rica les choses ne s’améliorent pas, il devra modifier ses plans sans attendre, car il ne lui restera plus beaucoup de temps pour ne pas devenir à nouveau la risée du pays. Il y a des problèmes offensifs qui doivent être résolus; on attend du Brésil qu’il soit séduisant."

Depuis sa prise de fonction en 2016, le sélectionneur des Auriverde est donc en difficultés pour la première fois, et il le sait : son équipe ne devra pas se louper contre le Costa Rica. Sans cela, la pression sera bien plus intense encore lors de la troisième rencontre face à la Serbie.

Cafu : "Marquinhos doit remplacer Thiago Silva"

Déjà pointée du doigt en 2014, la défense du Brésil fait de nouveau peur.

Les Auriverde ont des joueurs de qualité aux avant-postes. Neymar, Gabriel Jesus, Coutinho, Willian, Firmino… Tous ces joueurs sont prêts à faire la décision à n’importe quel moment. Le problème des joueurs de Tite, c’est la défense. Il est clair qu’il n’a pas encore trouvé la bonne formule pour garder le zéro derrière. Lors de la campagne de qualification, les Brésiliens ont encaissé 11 buts (en 18 matches), ce qui en faisait la meilleure défense de l’Amsud, mais contre la Suisse, c’est tout le secteur défensif qui a pris l’eau.

Le staff brésilien a beau pester sur l’arbitrage pour ce but encaissé sur corner, ils sont quatre défenseurs pour un attaquant. De plus, le ballon est dans le petit rectangle, un domaine où Alisson devrait normalement régner en maître. Tout au long de la rencontre, l’arrière-garde n’a pas été souveraine du tout. Danilo, qui doit suppléer Dani Alvès (absent pour blessure) a joué beaucoup trop offensivement.

La charnière centrale, formée de Thiago Silva et de Miranda, n’a pas semblé sur la même longueur d’onde lorsqu’il fallait jouer assez haut dans le jeu. L’espace dans le dos a été bien trop grand. Alisson n’est pas Ederson et ne joue pas assez haut pour couvrir le jeu. Seul Marcelo, sur la lancée de sa saison avec le Real Madrid, a été au niveau.

Cafu, légendaire défenseur brésilien, réclame du changement à ce niveau : "Le temps de Thiago Silva est révolu. Marquinhos doit jouer avec Miranda, dans l’axe. Il est meilleur à la relance, plus rapide et, surtout, il a plus de qualités pour aller couvrir les montées des défenseurs latéraux."

On ne se dirige pour le moment pas vers un changement dans le quatre arrière, mais une mauvaise prestation contre le Costa Rica pourrait provoquer des remaniements .