Football

John Obi Mikel, le capitaine du Nigeria, a joué la dernière rencontre de poule de la Coupe du monde de football en Russie, face à l'Argentine, en sachant que son père avait été kidnappé.

Quelques heures avant la rencontre à Saint-Pétersbourg, John Obi Mikel a reçu une un appel l'informant du rapt de son père. Il ne pouvait rien dire à la police et une rançon lui était demandée. "Il menaçait de tuer mon père si je disais quelque chose aux autorités", a expliqué le Nigérian, 31 ans, au quotidien britannique The Guardian.

"J'étais sous le choc, mais je devais évaluer si mentalement j'étais prêt à jouer. Finalement, je me suis dit que je ne pouvais pas laisser tomber 180 millions de Nigérians. Je devais me sortir ça de la tête et représenter mon pays. Je ne pouvais même pas le dire à mon entraîneur, seuls mes meilleurs amis le savaient. J'ai joué contre l'Argentine en sachant que mon père était entre les mains de bandits".

Le Nigeria s'est incliné in extremis 1-2 et a été éliminé. Lundi, la police a réussi à libérer le père de John Obi Mikel qui se trouve à l'hôpital pour soigner ses blessures.