Le challenge Sterchele : de l'amitié

Michel Matton Publié le - Mis à jour le

Football

Peu importe le vainqueur, les protagonistes s'en sont donné à cœur joie

MARCHE-EN-FAMENNE Même s'il n'est hélas ! plus de ce mon- de, François Sterchele n'en finit pas de conserver une incroyable cote de popularité et pas uniquement auprès du public.

Car de Bruges à Charleroi, en passant par Louvain et La Calamine, les Stijn Stijnen, Frank Defays, Thierry Berghmans et autres Frank Farina avaient répondu présent, entraînant dans leur sillage, et comme prévu, une kyrielle de visages connus.

Avant que ne débutent les hostilités (oh ! le vilain mot en une circonstance aussi noble), Benoît Thans, le Monsieur Loyal de la soirée, avait, successivement, appelé Marleen, la maman, et Alain, le papa, à épancher leur sentiment respectif. Tous deux l'exprimèrent en quelques mots, visiblement émus.

De foot en salle, il en fut alors question avec, en action, quelques joueurs au profil arrondi comme ceux de Raymond Mommens ou de Pierre-Yves Hendrickx, pas étrangers à la qualification pour la finale au détriment d'une équipe où figurait Thibaut Sterchele, le frère de François.

Dans l'autre demi-finale, d'au- cuns furent réellement surpris par le sens du but de Stijnen mais ce ne fut pas suffisant pour empêcher les Fadiga, Verhoeven et consorts d'avoir le dernier mot à la séance décisive des tirs au but.

Pendant ce temps , Daniel Van Buyten et Axel Witsel avaient du mal à passer inaperçus alors que le brave Marcel Javaux, venu en voisin et en équipement (XXL), déversait sa bonne humeur au bar VIP, pas très loin de Jérôme Efong-Nzolo.

Et comme de bien entendu, la 23e minute de chaque rencontre fut vécue au rythme d'applaudissements aussi nourris que nostalgiques.

En finale, les Zèbres s'inclineront malgré un habile Mujangi Bia mais là ne résidait pas l'essentiel de la soirée. La preuve, tous les acteurs portaient le numéro 23. Numéro gagnant par excellence...



© La Dernière Heure 2008
Publicité clickBoxBanner