Football

La Fédération japonaise de football (JFA) a décidé de ne pas prolonger le contrat d'Akira Nishino comme sélectionneur national après l'élimination des 'Samurai Blue' en huitième de finale de la Coupe du monde contre la Belgique. 

"Nous n'allons pas persuader Nishino de rester à son poste alors que son contrat de sélectionneur se termine", a déclaré le président de la JFA Kozo Tashima lors d'une conférence de presse après l'arrivée de l'équipe à l'aéroport de Narita, jeudi.

La sélection japonaise est rentrée au pays trois jours après le choc de l'élimination des œuvres de la Belgique dans les derniers instants de la partie, après avoir mené deux buts, lundi, à Rostov-sur-le-Don.

Les Japonais s'étaient qualifiés pour les huitièmes de finale pour la troisième fois en six participations grâce à la règle du fair play. A égalité parfaite avec le Sénégal après les trois journées du groupe H (4 points, 4 buts marqués, différence de buts de 0), le Japon a pu accéder au tour suivant pour avoir reçu moins de cartes jaunes (4 contre 6) que son adversaire, avec qui il avait partagé 2-2.

Mercredi, le quotidien sportif japonais Sponichi annonçait que la JFA s'apprête à nommer l'Allemand Jurgen Klinsmann comme sélectionneur. "Rien n'a été décidé" concernant le futur sélectionneur, a déclaré Tashima jeudi.

Nishino avait pris la tête de l'équipe nationale en avril, à seulement deux mois du Mondial, après le licenciement de Vahid Halilhodzic. Le coach bosnien était en poste depuis mars 2015. Il avait réussi à qualifier le Japon pour le Mondial, mais des amicaux décevants et des problèmes de communication avec les joueurs avaient poussé la fédération à changer de coach juste avant la Coupe du monde. Nishino, ex-international puis coach du Nagoya Grampus et directeur technique national depuis 2016, s'était engagé jusqu'au terme du Mondial.