Football

Première année où le VAR est utilisé lors d'une Coupe du monde et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce samedi, les arbitres en ont eu grandement besoin!

On approche de l'heure de jeu de France-Australie. Les Français, accrochés (0-0), rencontrent alors de grosses difficultés face à un adversaire tenace. Soudain, l'arbitre uruguayen Andres Cunha se précipite sur la touche pour vérifier, images à l'appui, si un défenseur australien a bien fait faute sur Antoine Griezmann dans la surface de réparation. Décision: penalty, transformé par l'attaquant de l'Atletico Madrid. L'assistance vidéo (VAR) vient d'entrer dans l'histoire de la Coupe du monde.

Dans la foulée, M. Cunha accorde, sans aucun recours à la vidéo, un penalty aux Australiens, pour une main évidente du défenseur Samuel Umtiti dans la surface de réparation. Mile Jedinak égalise alors pour les Socceroos, avant que Paul Pogba ne donne la victoire aux Français d'une superbe frappe en fin de match. "L'essentiel est là", a synthétisé Didier Deschamps.

Quelques heures plus tard, lors du match entre le le Pérou et le Danemark, Cueva est accroché fautivement dans le rectangle adverse. L'arbitre, M.Gassama, ne bronche pas et le joueur reste au sol. Le jeu se poursuit et, au moment où le ballon sort du terrain, le ref décide tout de même d'aller visionner le VAR tout en restant à l'écoute de ses collègues qui ont eux aussi les images de la phase litigieuse sous les yeux. M.Gassama vient ensuite sur le terrain et accorde un penalty justifié en faveur du Pérou. Une décision qui n'aura aucun effet sur le score. En effet, Cueva a voulu se faire justice lui-même mais, après une course d'élan assez ridicule, le Péruvien a envoyé le ballon au-dessus du but de Kasper Schmeichel.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le VAR aura réalisé une entrée remarquée pour sa première sur les terrains de la Coupe du monde !