Football

Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri les deux buteurs suisses face à la Serbie lors de la rencontre du groupe E de la Coupe du monde de football, vendredi soir à Kaliningrad, ont fêté leur réalisation de la même manière. Ils ont croisé les mains devant la poitrine, les doigts écartés. Ils symbolisaient ainsi l'aigle albanais.

Ce geste politique s'adressait aux Serbes. Tant Xhaka que Shaqiri sont d'origine kosovare. Le Kosovo, majoritairement albanais, a déclaré son indépendance en 2008. La Serbie n'a jamais reconnu l'indépendance de son ancienne province.

Shaqiri, qui a arraché la victoire (1-2) à la 90e minute, n'a pas voulu reconnaître le caractère politique de son geste. "Je ne veux pas en parler", a déclaré celui qui a été élu "Homme du Match" et qui s'est fait sifflé tout au long de la rencontre par les supporters serbes. "Les émotions font partie du football. Tout le monde a pu voir ce que je faisais. C'était juste de l'émotion. J'étais très heureux d'avoir marqué, rien de plus."

Les deux entraîneurs n'ont pas voulu non plus polémiquer. "Nous devons nous concentrer sur le sport et rester à l'écart de la politique" a répondu Vladimir Petkovic, le coach suisse d'origine bosnienne. "Je ne m'occupe que de football, pas de politique", s'est contenté d'ajouter son homologue serbe Mladen Krstajic.