Football

Le Real Madrid a arraché la victoire dimanche à Valence (3-2) pour la 17e journée du Championnat d'Espagne, maintenant le statu quo au classement avant la trêve, que le FC Barcelone passera en tête grâce à un triplé de Pedro contre Getafe (5-2). Dos au mur avant ce match après les succès des deux coleaders, le Barça et l'Atletico Madrid, le Real l'a emporté grâce à des buts d'Angel Di Maria (28), Cristiano Ronaldo (40) et Jesé en fin de match (82), alors que Valence avait égalisé deux fois, par Pablo Piatti (34) puis Jérémy Mathieu (62).

Avec ce résultat, les Madrilènes se maintiennent à cinq longueurs (41 points) des deux équipes de tête (46), qui s'affronteront le 11 janvier dans le choc au sommet de la 19e journée, la dernière de la phase aller. "Cinq points, ce n'est pas peu", a reconnu l'entraîneur merengue Carlo Ancelotti après la rencontre.

"Nous avions beaucoup de pression, en débutant le match avec huit points de retard, ça n'a pas été facile. Je suis satisfait de la première partie de cette saison. Nous avons perdu des points mais je pense que 2014 pourrait être une très bonne année pour le Real Madrid."

La "Maison blanche" est venu à bout contre une équipe de Valence piquée dans son orgueil après le limogeage de Miroslav Djukic, remplacé par l'entraîneur de la réserve Nico Estevez.

A la 28e minute, Angel Di Maria s'est joué de deux défenseurs sur le côté droit de la surface et a enchaîné avec une frappe tendue dans le petit filet opposé.Le club merengue semblait bien parti mais il a encaissé un but sur la première occasion franche des Valenciens, lorsque Juan Bernat a déposé un centre sur la tête de l'attaquant de poche Pablo Piatti (34).

Di Maria, remplaçant de Gareth Bale touché au mollet, a de nouveau fait pencher la balance côté madrilène en expédiant un coup franc pour la tête piquée de Cristiano Ronaldo, légèrement hors-jeu mais non signalé (40). Et la deuxième période a confirmé la mauvaise passe du défenseur madrilène Sergio Ramos, battu en duel aérien par le Français Jérémy Mathieu, qui a ramené de nouveau Valence à hauteur (62).

Sans plusieurs parades de l'impeccable Diego Lopez, le club "ché" aurait même pu l'emporter, mais la pression madrilène en fin de match a permis au jeune Jesé de libérer Madrid d'un tir croisé (82) synonyme d'espoir dans la course au titre.


Le Barça sauvé par un triplé de Pedro

Avec un triplé, Pedro a endossé dimanche le rôle de sauveur d'un FC Barcelone privé de Lionel Messi et Neymar, renversant Getafe (5-2) pour permettre aux Catalans de garder les rênes du Championnat d'Espagne lors de la 17e journée, la dernière avant la trêve.

Mené 2-0 au bout d'un quart d'heure de jeu sur deux fautes défensives exploitées par Sergio Escudero (10) et Lisandro (15), le Barça semblait bégayer son football avant que l'attaquant canarien ne frappe trois fois en huit minutes: joli lob (35), frappe enroulée en lucarne (38) et but opportuniste (41). Cesc Fabregas a scellé le score d'une belle reprise de volée à bout portant (68) et d'un penalty provoqué par l'intenable Pedro (71). Ce large succès assure les Barcelonais de passer la trêve dans le fauteuil de leader, qu'ils occupent depuis la première journée de la saison 2012-2013 et que leur avait temporairement chipé l'Atletico Madrid, vainqueur samedi de Levante (3-2) mais deuxième pour une moindre différence de buts. Surtout, le Real Madrid pointe à huit longueurs (38 points) des deux coleaders (46 points) et est désormais sous pression avant d'aller à Valence dimanche soir (20h00 GMT).

On ne pourra pas dire que ce match à Getafe ait été le plus abouti de l'ère Gerardo Martino en Catalogne, surtout en début de match: passes imprécises, flottements défensifs, abus des longues ouvertures... Profitant d'un boulevard sur la gauche, Escudero a pu battre José Manuel Pinto d'un tir en force (10). Cinq minutes plus tard, le défenseur central Lisandro Lopez a échappé au marquage sur corner pour doubler la mise de la tête (15).

Sans la star Lionel Messi et le gardien Victor Valdes toujours convalescents, sans le détonateur Neymar, suspendu, ni le métronome Xavi touché à un mollet, le Barça semblait à la peine. Et malgré une domination dans le jeu, on voyait flotter le spectre de la "Messi-dépendance", que seules les arabesques de Neymar ont réussi à chasser cette saison.

Heureusement pour le Barça, il compte dans ses rangs un petit attaquant canarien nommé Pedro Rodriguez. Plein d'allant et de lucidité, le joueur de 26 ans a parfaitement dosé son lob (35) après une passe décisive du meilleur passeur de Liga Cesc Fabregas (sa neuvième cette saison). Getafe a eu à peine le temps de comprendre ce qui lui arrivait que Pedro enroulait une frappe du coin de la surface pour trouver la lucarne opposée (38).

Il a ensuite parachevé son coup du chapeau en étant à l'affût sur un ballon mal repoussé par la défense (41), soit son 10e but en Liga cette saison. Le score aidant, la deuxième période de Barcelone a été beaucoup plus conforme au niveau du champion en titre, malgré quelques frayeurs dans le jeu au pied de Pinto ou une frappe de peu à côté de Diego Castro (60).

Enfin, Cesc Fabregas, buteur à la réception d'un ballon d'Alexis Sanchez puis plein de sang-froid sur le penalty, a mis à l'abri le Barça, qui va passer de tranquilles fêtes de fin d'année avec l'espoir de retrouver toutes ses forces vives début janvier.