Football Revenu en Belgique après une expérience de six mois en Autriche, l'ancien gardien du Sporting d'Anderlecht est devenu le porte-bonheur des Waeslandiens.

LOKEREN Filip De Wilde est un homme heureux. Revenu en Belgique et plus précisément à Lokeren après une expérience de six mois en Autriche - au Sturm Graz -, l'ancien gardien du Sporting d'Anderlecht est devenu le porte-bonheur des Waeslandiens. En effet, depuis qu'il a déposé ses valises au Daknam, l'équipe de Franky Van der Elst est invaincue en championnat avec une victoire contre Saint-Trond (1-2) et deux partages face au Standard (1-1) et Beveren (1-1).

«Je retiens de nombreuses choses positives de mon expérience en Autriche, explique Filip De Wilde. J'ai pu retrouver le plaisir de jouer. Sportivement, c'est vrai que l'équipe occupait l'avant-dernière place mais il n'y a qu'un seul descendant en Autriche. Le problème c'est que nous avons connu un début de compétition assez difficile. Ce fut un gros handicap. Mais ce qui fut pénible à mes yeux, c'est l'éloignement de la famille. Maintenant, je suis heureux et je me retrouve, à nouveau, près de chez moi.»

Arrivé dans une phalange luttant pour le maintien, Filip De Wilde (39 ans) espère apporter son expérience à un groupe possédant assez de qualités pour assurer facilement son avenir au sein de l'élite.

«En ce qui me concerne, je possède un contrat de six mois, ajoute l'intéressé. Il est prévu que je rencontre le président au mois d'avril pour évoquer mon avenir. Mais pour l'instant, cela ne me préoccupe pas de trop. Nous possédons une équipe assez stable et en travaillant sérieusement, nous pourrons vite sortir de la zone rouge. Dans cette optique, la rencontre de ce samedi est importante face à un concurrent direct. Mons a transféré plusieurs joueurs lors du mercato et ceux-ci sont alignés. Cela veut dire qu'ils apportent un plus. La sauce semble prendre chez les Hennuyers, et nous nous méfierons.»

Car Filip De Wilde veut rester le porte-bonheur de Lokeren.

© Les Sports 2004