Football

Décidément, la France et la Belgique ne peuvent pas vivre loin l'une de l'autre. Les deux nations séjournent dans les alentours de Moscou et leurs camps d'entraînement ne sont séparés que par une petite heure de voiture.

Ce samedi, la sélection bleue avait donné rendez-vous à la presse en fin de matinée pour évoquer la future demi-finale face aux Diables Rouges, déjà programmée ce mardi soir. « La Belgique a une bonne sélection, avec de très bonnes individualités comme Hazard et Lukaku. Il faudra être très attentif défensivement car les Belges peuvent se projeter rapidement vers l'avant. On connaît nos points forts et il faudra les exploiter au mieux. Ce ne sera pas facile pour nous… mais ce ne le sera pas pour eux également », dit Lucas Hernandez, le back gauche de cette équipe.

Un raisonnement confirmé par Rahphaël Varane. « C'est une très bonne équipe, qui est jeune mais qui arrive à maturité. Elle peut jouer avec des combinaisons, des mouvements rapides mais aussi en utilisant des contres rapides. C'est une formation complète, solide. Il faudra une grosse performance pour aller en finale. »

Les Français ont déjà ciblé les dangers belges. Et notamment Romelu Lukaku, encore très en verve face au Brésil en quarts de finale. « C'est un joueur qui poserait des problèmes à n'importe quel défenseur car il est très puissant. La clé pour le contenir, c'est de lui laisser le moins d'espace possible vu qu'il peut profiter du moindre espace pour marquer un but. Et il ne faut pas oublier qu'autour de lui, il y a aussi des joueurs qui sont très forts », confirme Raphaël Varane.

Parmi eux, les Bleus pensent à Eden Hazard. Pour le Brainois, cette rencontre sera particulière car il a suivi une partie de sa formation en France et a débuté sa carrière professionnelle en Ligue 1, avec Lille. « Je l'ai croisé quelques fois lorsque nous évoluions tous les deux en France. C'est un joueur qui a un immense talent et il l'exploite au maximum. Il a de grosses qualités, notamment au niveau de ses dribbles. Il est très vif, très rapide. Pour le contrer, il n'y aura pas de solution miracle, il faudra lui laisser passer d'espace et l'empêcher de recevoir un ballon », continue le défenseur central du Real Madrid.

Par contre, Lucas Hernandez se veut plus optimiste. « Il faudra être concentré mais nous avons déjà éliminé le meilleur joueur du monde en huitièmes de finale (Messi). Il n'avait pas touché le ballon. Et on a les joueurs pour éliminer aussi Eden Hazard. On va tout faire pour qu'il soit le moins possible en contact avec le ballon. »

Ce qui ne s'annonce quand même pas évident.