Football Avec ses deux buts contre la Tunisie, Romelu Lukaku a encore battu et égalé des records.

Il était écrit que ce serait la Coupe du Monde de Romelu Lukaku. Et après deux matches, Big Rom répond entièrement aux attentes. Jusqu’au triplé de Harry Kane (cinq buts désormais) contre le Panama, il était le meilleur buteur du Mondial, à égalité avec Cristiano Ronaldo. Mais Kane et Ronaldo ont marqué un penalty, et Lukaku pas.

"Je maintiens que le titre de meilleur buteur ne m’intéresse pas", disait-il après le match. "Mon but est d’arriver le plus loin possible avec cette équipe. Tant mieux si mes buts peuvent y contribuer."

Qui plus est, Lukaku et Kane ont marqué plus d’un but dans deux matches consécutifs à une Coupe du Monde. Du jamais vu depuis Diego Maradona en 1986.

"Maradona est un des plus grands joueurs de l’histoire", était la réaction de Lukaku. "C’est chouette. Mais lui, il a gagné la Coupe du Monde. Moi, je n’ai rien gagné du tout. Je garde les pieds sur terre. Ce qui m’intéresse, c’est que l’équipe gagne."

Gary Lineker était un des premiers à avoir tweeté que Lukaku avait réalisé une stat à la Maradona. Et le présentateur anglais y a ajouté (avant le match de Kane) : "Si Lukaku était 90 minutes sur le terrain, il aurait déjà le titre de meilleur buteur, quand on voit les occasions reçues par Batshuayi."

Avec son cinquième but à une Coupe du Monde (au Brésil, il avait marqué contre les États-Unis), Lukaku a dépassé Jan Ceulemans et égalé Marc Wilmots dans le ranking belge.

Dans le classement des buteurs tout court, il a atteint le chiffre rond de 40. Il compte déjà 10 buts en plus que Van Himst et Voorhoof, les anciens recordmen.

"Je suis né pour marquer", indiquait-il.

Bizarrement, Lukaku ne s’est pas arrêté devant les journalistes belges dans la zone mixte, mais il a parlé en premier à des… Sud-Américains. D’abord en portugais très fluide, puis en espagnol tout aussi courant. Dans son interview à The Players’Tribune, il avait dévoilé qu’il se débrouillait dans ces deux langues.

Son message principal après le match de gala ?

"On est relaxe. Mais on doit améliorer notre jeu de match en match. On est nulle part. Ce n’est qu’au second tour que le tournoi va commencer. On ne sera un des favoris à ce Mondial que si on parvient à réaliser une telle prestation contre un grand pays. Ne nous enflammons pas. À l’ Euro , on avait placé la barre haut, mais on n’avait pas répondu aux attentes. Cette fois, on va essayer d’écrire l’histoire. Surtout pour les gars de cette génération qui vont arrêter."