Football L’actuel entraîneur du Zenit devrait être nommé sur le banc de la Squadra.

Le processus de reconstruction de la Squadra Azzura est sur le point de connaître une avancée significative. Alors que Luigi Di Biagio a assuré l’interim pour les deux matches amicaux en mars (défaite contre l’Argentine 2-0 et nul en Angleterre 1-1) et qu’il va de retrouver son poste à la tête des Espoirs, Roberto Mancini se dresse désormais en grand favori pour endosser le costume de sélectionneur.

Le technicien avait multiplié les appels du pied depuis le licenciement de Giampiero Ventura en novembre suite à l’élimination en barrages du Mondial contre la Suède, évoquant "la fierté" qu’une nomination susciterait.

Après avoir essuyé le refus de Carlo Ancelotti, l’option prioritaire, le commissaire de la fédération Alessandro Costacurta et le team manager Lele Oriali n’ont pas rencontré le même type de problème avec Mancini. Et la fédération italienne, si elle a fait savoir dans un communiqué que "rien n’était fait", a tout de même précisé "que de nouvelles discussions s’engageront après le 13 mai, à la fin de la saison russe".

Au contraire d’Ancelotti, Mancini est actuellement sous contrat avec le Zenit jusqu’en 2020. Ses multiples appels du pied pour le poste de sélectionneur ont moyennement été appréciés par ses dirigeants, d’autant qu’à deux journées de la fin, l’objectif se résume à une deuxième place.

Et le technicien devra faire des sacrifices, lui qui gagne en Russie 4,5 millions d’euros par an hors bonus, sachant que l’enveloppe globale de la fédération est estimée à 5 millions d’euros pour tout le staff qui pourrait faire ses débuts contre l’Arabie saoudite le 28 mai prohain, en France le 1er juin puis contre les Pays-Bas le 4. Avec Mancini à sa tête.