Football Johan Vermeersch va lui indiquer la porte de sortie

MOLENBEEK Même s'il est resté plus calme que d'habitude alors que son équipe venait de baisser pavillon pour la deuxième fois cette saison au stade Machtens, Johan Vermeersch, n'en était pas moins courroucé. «Alors que nous avions les honneurs d'un direct TV, nous avons livré une prestation indigne de l'élite. Le niveau fut même catastrophique en seconde période parce que La Gantoise ne fut guère meilleure que nous après le repos, déplorait le bâtisseur de Ternat. Je ne peux admettre une telle contre-publicité.»

Et tradition oblige, JV y alla dans la foulée d'un couplet aux airs de déjà vu: «Cette semaine, je vais dévoiler la liste des joueurs qui pourront vider leur vestiaire au terme de la saison! Des éléments qui n'ont pas le niveau de l'élite!»

Et il ne fait aucun doute qu'un certain Mario Espartero sera en tête de cette liste. «Uniquement pour des raisons sportives», tint à préciser Johan Vermeersch par rapport au fait que le nom du Français est régulièrement cité dans les affaires qui secouent le foot belge pour l'instant.

Depuis son arrivée au Brussels, l'ancien joueur de Metz et de La Louvière n'a jamais réussi à faire l'unanimité autour de son nom. Le président qui désirait faire plaisir à son entraîneur en engageant le médian espérait qu'il s'érigerait en meneur de jeu et en leader du groupe. C'est très loin d'être le cas avec un but inscrit et un seul assist délivré. Alors que nous avions stigmatisé ces manquements sportifs, il a décidé de ne plus parler aux représentants de votre quotidien, estimant que nous n'étions pas aptes à juger ses prestations!

Voici un peu plus d'une semaine, dans une interview accordée à l'un de nos confrères, il avoua qu'il ne livrait pas la meilleure campagne de sa carrière mais il se permit de rejeter la faute sur ses équipiers. Le Parisien estime que la plupart de ses équipiers manquent de technique et valent surtout pour leur engagement physique, alors que lui- même préfère les équipes à coloration technico-tactique. Mais aussi que les jeunes Molenbeekois ne sont pas aussi réceptifs que les jeunes Loups.

Dimanche, il dépassa carrément les bornes en se lançant au milieu de terrain dans un tackle les deux pieds en avant sur Datti avec une logique expulsion à la clé. Albert Cartier qui a toujours été son premier défenseur, n'hésita point à le stigmatiser publiquement après la rencontre. Malgré un contrat portant encore sur une saison (avec des clauses libératoires), il serait étonnant que le mariage entre le Brussels et Mario Espartero se poursuive au-delà du mois de mai!

© Les Sports 2006