Mercato

Clinton Mata n’a toujours pas quitté Charleroi. Annoncé sur le départ depuis plusieurs mois, le back droit carolo a repris l’entraînement avec les Zèbres, depuis vendredi.

Comme nous vous l’annoncions jeudi dernier, la piste Anderlecht (avec qui Charleroi a un accord pour un montant de 3,5 millions hors bonus) s’est considérablement refroidie ces derniers jours. En cause : l’indécision du joueur. Lassé d’attendre, Anderlecht ne voudrait plus transférer le défenseur, qui a avoué être "flatté" par l’intérêt anderlechtois mais qui réfléchit toujours à la meilleure solution pour son avenir. S’il n’a pas accepté de rejoindre directement le RSCA, c’est parce qu’il veut être certain de jouer. La concurrence de Najar et d’Appiah le fait hésiter et dans ces conditions, il estime qu’un transfert chez les champions en titre pourrait être un frein à sa carrière. Du côté de Charleroi, on a du mal à comprendre ce point de vue, comme le prouve la déclaration de Felice Mazzù en conférence de presse, vendredi : "À la place de Clinton, je serais déjà à Anderlecht."

Mais la décision finale revient bel et bien au joueur. Pas à son club ni à ses agents. Clinton Mata, lui, cogite. Dans sa tête, il est prêt pour le grand saut et pour l’étranger. Et dans son entourage, on lui a fait comprendre que des clubs comme Nice, Marseille, Newcastle, Crystal Palace, Watford ou encore Brighton étaient intéressés par ses services. Ce qui le séduit. Le hic, c’est qu’aucun de ces clubs n’a, pour l’instant, fait la moindre offre concrète au Sporting Charleroi, qui est bien déterminé à ne pas vendre son joueur, sous contrat jusqu’en 2021, sous les 3,5 millions d’euros. Aucune offre inférieure ne sera d’ailleurs analysée.

Pour s’attacher les services de Mata, les clubs précités savent donc ce qui leur restent à faire. Selon nos informations, c’est bel et bien l’OGC Nice qui est le plus intéressé. Les recruteurs niçois apprécient le profil du défenseur verviétois et voient en lui le successeur de Ricardo Pereira, prêté chez les Aiglons l’an dernier mais qui est retourné à Porto. Mais leur offre concrète tarde à arriver.